ABŪ L-‘ATĀHIYA (747 env.-env. 825)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les dimensions de l'œuvre

Grâce au zèle de son fils, une minime partie de l'œuvre du poète a pu être sauvée. À l'évidence, il s'agit d'un florilège. Une mince attention a seule été accordée aux pièces officielles adressées aux califes. De même, un certain dédain semble avoir été affiché pour les pièces d'inspiration érotico-élégiaque. Tout l'effort, en revanche, s'est concentré sur la fixation écrite et la conservation des poèmes ascétiques ; cet effort a été rendu plus efficace encore par l'intervention, au xie siècle, d'un érudit andalou, Ibn ‘Abd al-Barr (mort en 1070). Comme on le voit donc, ce que nous possédons de l'œuvre d'Abū l-‘Atāhiya ne nous fournit plus qu'une vue fragmentaire et déformée. La mémoire du poète n'a cependant pas eu à en souffrir. Comme chantre officiel et élégiaque, Abū l-‘Atāhiya fut, en effet, un artiste intégralement médiocre ; chez lui, le panégyrique ou la chanson d'amour sont d'une froideur et d'une pauvreté de style attristantes. C'est qu'aussi bien, lui-même l'a senti, ces deux genres n'étaient pas les siens.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-I, directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification

Pour citer l’article

Régis BLACHÈRE, « ABŪ L-‘ATĀHIYA (747 env.-env. 825) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/abu-l-atahiya/