JUNQUEIRO ABÍLIO MANUEL DE GUERRA (1850-1923)

Poète portugais le plus représentatif de sa génération. En Junqueiro se croisent les principales tendances de son temps : un romantisme humanitaire, le réalisme, avec une ouverture vers le symbolisme, et, bien sûr, le saudosismo, ou regret nostalgique du passé. Ses premiers vers sont édités, et estimés, alors qu'il a seulement quatorze ans. D'abord destiné à l'état ecclésiastique, il opte pour le droit, qu'il étudie à Coimbre, tout en s'adonnant au journalisme. Diplômé en 1873, lié au Cénacle de Coimbre, il publie Mort de don Juan (1874), où il fustige le donjuanisme comme une forme de perversion sociale. Il devient secrétaire de mairie, puis député. Sa Muse en vacances (Musa en férias, 1879) se ressent de l'influence des Chansons des rues et des bois de Victor Hugo, dont il partage la philanthropie panthéiste. L'anticléricalisme de son maître à penser l'incite à écrire La Vieillesse du Père éternel (A Velhice do Padre eterno, 1885) suivie de Prometheu libertado, qu'il n'achève pas, laissant donc incomplète cette Fin de Satan portugaise. La crise politique de 1890 le convertit à l'idéologie républicaine. Datent de 1891 deux violentes satires contre la maison de Bragance, Finis Patriae et La Chanson de la haine (Canç ao do odio). Pátria, qui leur fait suite (1896), exprime un patriotisme élégiaque. De ce temps date sa demi-conversion à un christianisme conciliant. Retiré dans ses terres du Douro, il s'enthousiasme pour le symbolisme, sans pour autant renoncer à la grandiloquence qui, avec l'amour des humbles et sa stupéfiante facilité poétique, sont les traits dominants de son art. Après Les Simples (Os Simples, 1892), il donne deux autres poèmes humanitaires : Oraison du pain (Oraç ao do p ao, 1903), et Oraison de la lumière (Oraç ao da luz, 1904). Il sert le régime républicain, dont il est à Berne le représentant diplomatique. Mais, déçu, il désavoue l'idéologie de son œuvre à la fin de sa vie.

Junqueiro a voulu être un penseur en même temps qu'un poète. Il est en réalité un visionnaire, créateur d'images frappantes, de vastes fresques, où les idées les plus banales prennent vie et couleurs, et la spontanéité de ses rythmes permet à une émotion intense et sincère de se faire jour. C'est le plus grand mérite des poèmes de lui qui ont survécu, tels « Retour au foyer » et « Petite Meunière » (dans Les Simples), et les deux prosopopées de Finis Patriae, « La parole est aux taudis », « La parole est aux condamnés ».

—  Roger BISMUT

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : agrégé de lettres, docteur ès lettres, professeur de langue et littérature portugaises et brésiliennes à l'Université catholique de Louvain (Belgique)

Classification

Autres références

«  JUNQUEIRO ABÍLIO MANUEL DE GUERRA (1850-1923)  » est également traité dans :

DON JUAN

  • Écrit par 
  • Michel BERVEILLER
  •  • 5 639 mots

Dans le chapitre « Derniers avatars. Dissonances et contradictions »  : […] En France, une histoire encore plus fantastique, inventée par Balzac, L'Élixir de longue vie , avait présenté, dès 1830, sous le nom de Don Juan Belvidero , un parricide non moins sacrilège et débauché que les pires « Tenorio », mais aussi, trait nouveau, d'une cupidité monstrueuse. Puis, de plus en plus, à partir de 1850 environ, les traits du héros légendaire, en se multipliant, tendent à se bro […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roger BISMUT, « JUNQUEIRO ABÍLIO MANUEL DE GUERRA (1850-1923) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 avril 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/abilio-manuel-de-junqueiro/