199415e Coupe du monde de football

Au cours des années 1970, Pelé, Beckenbauer ou Cruijff n'avaient pas réussi à faire du soccer un sport populaire ; c'est pourtant aux États-Unis qu'a été confiée, le 4 juillet 1988, la charge d'organiser en 1994 la XVe Coupe du monde de football. Cent quarante-trois pays se sont engagés, et parmi eux la France, qui pense bien avoir son billet en poche le 13 octobre 1993, à huit minutes de la fin du match contre Israël à Paris ; un résultat positif contre ce modeste adversaire lui suffit, or elle mène 2 buts à 1, mais va encaisser successivement un but à la quatre-vingt-troisième minute et un tir canon d'Atar à quelques secondes de la fin ; cet ennui tourne à la catastrophe le 17 novembre lorsque, à la quatre-vingt-dixième minute au Parc des Princes toujours, une contre-attaque miraculeuse des Bulgares aboutit au shoot de Kostadinov qui se loge sous la barre de Bernard Lama : 2 buts à 1 pour la Bulgarie, la tête du sélectionneur Gérard Houllier tombe, et le onze tricolore ne connaîtra pas Boston, Chicago, Dallas, Detroit, Los Angeles, New York, Orlando, San Francisco ou Washington.

Débutant le 17 juin, marquée par la chaleur et par une affluence considérable dans un pays jusqu'alors peu réceptif aux charmes du ballon rond, la phase finale de la World Cup réunit les vingt-quatre équipes, réparties en six groupes, quatre d'entre eux qualifiant trois équipes et les autres deux seulement. Dans le groupe A, Roumanie, Suisse et États-Unis passent le premier obstacle, alors que la Colombie, arrivée avec les plus grandes ambitions, échoue, le malheureux défenseur Andres Escobar, qui a marqué contre son camp face aux Américains, va, de retour dans son pays, être à vingt-sept ans assassiné par un supporter ou un parieur déçu. Dans le groupe B, le Brésil et la Suède se détachent, au détriment de la Russie et du Cameroun, préparés tous deux dans de très mauvaises conditions. Le groupe C rend un verdict favorable à l'Allemagne et à l'Espagne, Corée du Sud et Bolivie n'ayant pas pesé lourd. Dans le groupe D, le Nigeria – qui tient un rôle similaire à celui du Cameroun en 1990 –, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : écrivain, directeur du Musée du sport français, membre de l'Académie internationale olympique

Classification

Pour citer l’article

Jean DURRY, « 1994 - 15e Coupe du monde de football », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/1994-15e-coupe-du-monde-de-football/