195744e Tour de France

Départ

Nantes, 27 juin

Arrivée

Paris (Parc des Princes), 20 juillet

Nombre d'équipes au départ

12

Nombre de coureurs au départ

120

Nombre de coureurs classés

56

Nombre d'étapes

23

Distance totale

4 664 km

Moyenne du vainqueur

34,520 km/h

Podium

1. Jacques Anquetil (France), 135 h 44 min 42 s 2. Marcel Janssens (Belgique), à 14 min 56 s 3. Aldolf Christian (équipe Suisse, Autriche), à 17 min 20 s

Classement par points

Jean Forestier (France)

Meilleur grimpeur

Gastone Nencini (Italie)

Classement par équipes

France

La course

C'est peut-être lors du Giro que se joue le sort du Tour de France et que le visage du cyclisme va se trouver modifié pour plusieurs années : le 23 mai, à Loreto, le Français Louison Bobet annonce qu'il ne participera pas au Tour de France, préférant consacrer ses forces à ce Tour d'Italie... qu'il perdra, devancé de 19 secondes par l'Italien Gastone Nencini. Raphaël Geminiani prend la même décision. Marcel Bidot, le sélectionneur des Tricolores, va donc devoir bâtir une équipe de France au visage nouveau, ce qui lui plaît plutôt. Celle-ci sera construite autour d'André Darrigade et du jeune Normand Jacques Anquetil, qui fait ses débuts sur le Tour.

André Darrigade remporte la première étape (Nantes-Granville, 204 km) ; le lendemain, un autre Tricolore, René Privat, s'impose, s'octroyant le maillot jaune. Jacques Anquetil obtient son premier succès sur la Grande Boucle dès la troisième étape (Caen-Rouen, 134 km) ; ses principaux adversaires sont relégués à plus de 7 minutes. Jacques Anquetil s'impose de nouveau à Thonon-les-Bains (neuvième étape), réglant au sprint une échappée qui a pris 10 minutes au peloton.

Maillot jaune dès le lendemain, à Briançon, Jacques Anquetil conservera sa tunique jusqu'à Paris. Aidé des Tricolores, il contrôle la course, imposant la « méthode Anquetil », préférant le résultat au panache. S'il connaît quelques difficultés dans l'ascension de l'Aubisque (dix-neuvième étape, Saint-Gaudens - Pau, 207 km, remportée par Gastone Nencini), il domine le contre la montre entre Bordeaux et Libourne (vingt et unième étape, 66 km), distançant son plus sérieux rival, le Belge Marcel Janssens, de 4 min 42 s.

L'équipe de France a remporté treize étapes, le classement par équipes, le classement par points (Jean Forestier) : une domination sans partage. Jacques Anquetil s'est nettement imposé, dès sa première participation au Tour de France : la marque des plus grands.

Le cyclisme cette année-là

Jacques Anquetil (France) gagne Paris-Nice et le Grand Prix des nations (pour la cinquième fois consécutivement).

Alfred De Bruyne (Belgique) remporte le Tour des Flandres, Paris-Roubaix et Paris-Tours.

Bernard Gauthier (France) gagne Bordeaux-Paris pour la quatrième et dernière fois.

Gastone Nencini (Italie) remporte le Giro.

À Waregem (Belgique), Rik Van Steenbergen (Belgique) est champion du monde sur route pour la troisième fois.

Le 18 septembre, au Vigorelli de Milan, Roger Rivière (France) bat le record de l'heure (46,923 km).

—  Pierre LAGRUE

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « 1957 - 44e Tour de France », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/1957-44e-tour-de-france/