195138e Tour de France

Départ

Metz, 4 juillet

Arrivée

Paris (Parc des Princes), 29 juillet

Nombre d'équipes au départ

12

Nombre de coureurs au départ

123

Nombre de coureurs classés

66

Nombre d'étapes

24

Distance totale

4 697 km

Moyenne du vainqueur

32,979 km/h

Podium

1. Hugo Koblet (Suisse), 142 h 20 min 14 s 2. Raphaël Geminiani (France), à 22 min 3. Lucien Lazaridès (France), à 24 min 16 s

Meilleur grimpeur

Raphaël Geminiani (France)

Classement par équipes

France

La course

Seul le Suisse Ferdi Kubler, vainqueur l'année précédente, manque à l'appel. Jamais peut-être le Tour de France n'a connu telle pléthore de favoris au départ : les Italiens Gino Bartali, Fausto Coppi et Fiorenzo Magni, les Français Louison Bobet, Raphaël Geminiani et Jean Robic, le Néerlandais Wim Van Est, le Suisse Hugo Koblet.

Déjà vainqueur du contre la montre entre La Guerche et Angers (septième étape, 85 km), Hugo Koblet réalise entre Brive et Agen (onzième étape, 177 km) un exploit qui reste gravé dans la légende du Tour : il part seul à 135 kilomètres du but ; tous se relaient pour revenir sur lui, mais rien n'y fait ; à l'arrivée, le « Pédaleur de charme » regarde son chronomètre et se recoiffe ; si son avance ne se monte qu'à 2 min 35 s, il vient d'humilier toute une génération de champions. Néanmoins, au seuil des Pyrénées, le maillot jaune est la propriété de Wim Van Est : une grave chute dans la descente de l'Aubisque va mettre fin à ses espoirs. Malgré les attaques des Italiens dans les Pyrénées, Hugo Koblet semble maîtriser la situation. Il s'impose à Luchon (quatorzième étape) et prend le maillot jaune. Il le conservera jusqu'à Paris, malgré les sursauts d'orgueil de Louison Bobet, vainqueur en Avignon (dix-septième étape) et de Fausto Coppi, qui s'impose à Briançon (vingtième étape, par les cols de Vars et de l'Izoard).

Également vainqueur de la seizième étape (Carcassonne-Montpellier, 192 km), Hugo Koblet réalise une nouvelle démonstration lors du contre la montre entre Aix-les-Bains et Genève (vingt-deuxième étape, 97 km) : il distance celui qui restait son plus sérieux rival, Raphaël Geminiani, de plus de 12 minutes. Le Suisse était en état de grâce et succède à son compatriote Ferdi Kubler au palmarès de la Grande Boucle.

Le cyclisme cette année-là

Louison Bobet (France) remporte Milan-San Remo et le Tour de Lombardie.

Fiorenzo Magni (Italie) gagne le Tour des Flandres (pour la troisième fois consécutivement) et le Giro.

Maurice Diot (France) remporte la dernière édition de Paris-Brest-Paris.

Ferdi Kubler (Suisse) gagne Liège-Bastogne-Liège, la Flèche wallonne et, sur le circuit de Varèse (Italie), devient champion du monde sur route.

Hugo Koblet (Suisse) remporte le Grand Prix des nations.

—  Pierre LAGRUE

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « 1951 - 38e Tour de France », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/1951-38e-tour-de-france/