BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

DAGUERRE LOUIS JACQUES MANDÉ (1787-1851)

Louis Jacques Mandé Daguerre naît le 18 novembre 1787 à Cormeilles-en-Parisis et passe son enfance à Orléans. Il entre comme apprenti dessinateur chez un architecte, avant de travailler à Paris, dans l'atelier de Degotti, le fournisseur de décors pour l'Opéra. Daguerre participe bientôt à des mises en scène pour l'Ambigu et l'Opéra-Comique. Dix ans après son mariage avec Louise Georgine Arrowsmith, Daguerre inaugure le 11 juillet 1822 sa propre salle de spectacles, dans le quartier des théâtres, situé près de l'actuelle place de la République. Le Diorama, construit selon ses plans, offre sur 20 mètres de largeur et 13 mètres de hauteur le spectacle de lieux réels ou imaginaires dont les éléments de décor apparaissent par le jeu subtil de l'éclairage et des transparences. Le Diorama connaît un réel succès, et Daguerre est décoré de la Légion d'honneur.

L'opticien Charles Chevalier lui parle un jour de Joseph Nicéphore Niépce, inventeur d'un procédé capable de fixer les images formées par un objectif au fond d'une chambre noire. Daguerre le rencontre et lui propose un contrat d'association, signé le 14 décembre 1829. En exploitant le pouvoir sensibilisateur de l'iode sur une plaque d'argent exposée à la lumière, Daguerre parvient à affiner le procédé que Niépce nomme « Héliographie » (l'écriture par le soleil). À la disparition brutale de Niépce, en 1833, Daguerre accepte pour nouvel associé le fils du défunt, Isidore Niépce, mais continue seul ses recherches. Sa découverte essentielle tient à l'action des vapeurs de mercure sur l'iodure d'argent formé par la lumière à la surface de la plaque. L'image est un positif, d'une grande finesse. Daguerre, qui vient de découvrir le principe toujours actuel d'une image latente révélée a posteriori, donne son nom au procédé qu'il essaie de commercialiser. Le 7 janvier 1839, François Arago, secrétaire de l'Académie des sciences fait une première présentation, sommaire, du Daguerréotype. Quelques semaines plus tard, ruiné par l'incendie de son théâtre, Daguerre cède à l'État l'exploitation des procédés du Daguerréotype et du Diorama en échange d'une rente annuelle qu'il partage avec son associé. Le 19 août 1839, devant les Académies des sciences et des beaux-arts, Arago fait la description complète du Daguerréotype et de ses plaques. L'accueil des sociétés savantes du monde entier est enthousiaste, Daguerre reçoit des courriers des plus grands physiciens, notamment l'Anglais John Herschel et l'Américain Samuel Morse. Les Académies de Vienne, d'Édimbourg, de Munich et de New York lui offrent une place en leurs rangs ; à Paris, le roi Louis-Philippe le fait officier de la Légion d'honneur. Le gouvernement envoie des daguerréotypes en cadeau à tous les souverains d'Europe. Le succès de son invention lui ayant apporté une certaine aisance, Daguerre prend dès 1841 une retraite paisible à Bry-sur-Marne, où il meurt le 10 juillet 1851.

 […]
1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  1 page…

 

Pour citer cet article

Hervé LE GOFF, « DAGUERRE LOUIS JACQUES MANDÉ - (1787-1851)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-jacques-mande-daguerre/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« DAGUERRE LOUIS JACQUES MANDÉ (1787-1851) » est également traité dans :

ART & SCIENCES

Écrit par :  Jean-Pierre MOHEN

Dans le chapitre "La révolution de l'image physico-chimique"  : …  photographie, fondé sur l'insolubilisation de certains composés chimiques soumis à une radiation. *Son associé, Jacques Daguerre, diffuse à travers le monde le procédé du daguerréotype (révélé le 19 août 1839 à l'Institut de France), utilisé d'abord pour reproduire les œuvres d'art et bientôt pour produire des œuvres proprement dites, portraits et… Lire la suite
BAYARD HIPPOLYTE (1801-1887)

Écrit par :  Anne de MONDENARD

Dans le chapitre "Un inventeur de procédés photographiques"  : …  Nous savons aussi que Bayard a noué des liens dans les milieux artistiques, où les recherches de* Daguerre sont connues bien avant l'annonce officielle de l'invention de la photographie, annonce faite par François Arago, secrétaire perpétuel de l'Académie des sciences, le 7 janvier 1839. Avant que le procédé de Daguerre ne soit explicité le 19 … Lire la suite
DAGUERRÉOTYPE

Écrit par :  Marc-Emmanuel MÉLON

… *On désigne par daguerréotype le procédé photographique mis au point en 1839 par J. L. M. Daguerre à partir de la découverte de l'héliographie par Nicéphore Niepce. Mais, alors que le procédé de Niepce restait peu performant (lenteur et complexité des différentes opérations, faible sensibilité de la substance sensible : le bitume de Judée, etc.),… Lire la suite
DIORAMA

Écrit par :  Jean-Pierre MOUILLESEAUX

… *Procédé de peinture en trompe l'œil mis au point en 1822 par Daguerre et Bouton, dont le principe repose sur l'idée de l'illusion : le diorama doit faire oublier au spectateur que ce qu'il voit n'est pas la réalité mais une représentation à deux dimensions. Le diorama n'est qu'un des avatars du panorama inventé par le peintre écossais Robert Batter… Lire la suite
NIÉPCE NICÉPHORE (1765-1833)

Écrit par :  Gérard LEGRAND

… *Il n'est pas rare que des querelles d'antériorité, concernant des découvertes anciennes, finissent par rendre impossible ou oiseuse l'attribution de celles-ci. Il n'est pas rare non plus qu'un filou « exploite » la trouvaille d'autrui et tente de s'en faire passer pour l'inventeur : l'histoire des sciences parvient généralement à le démasquer. Mais… Lire la suite
PHOTOGRAPHIE - Histoire des procédés photographiques

Écrit par :  Jean-Paul GANDOLFO

Dans le chapitre "Les héliographies de Niépce"  : …  un effet miroitant sur le support, et le bitume de Judée, très peu sensible, est abandonné. *En 1829, Niépce conclut un contrat d'association avec Louis Jacques Mandé Daguerre, décorateur de théâtre et créateur de spectacles de tableaux peints (dioramas), qui mène également des recherches sur les substances modifiables par la lumière. Cette… Lire la suite
PHOTOGRAPHIE (art) - L'académisme

Écrit par :  Marc-Emmanuel MÉLON

… histoire de la photographie et même repérable dès l'invention du procédé. Les premiers praticiens, *Daguerre en particulier, étaient d'anciens peintres ou dessinateurs qui se sont empressés d'appliquer à la nouvelle image les préceptes en vigueur dans la peinture officielle, en particulier la peinture d'histoire. L'exemple de Jacques Louis Mandé… Lire la suite
PHOTOGRAPHIE (art) - Le statut esthétique

Écrit par :  Gérard LEGRAND

Dans le chapitre "Premières discussions, premiers errements"  : …  le plus ancien daguerréotype subsistant aujourd'hui soit une « œuvre d'art » au deuxième degré ; *Jacques Daguerre y a disposé des éléments qui symbolisent assez bien le bagage culturel qui pouvait être le sien, en dehors des préoccupations purement scientifiques : une imitation de nymphe antique, deux têtes d'angelots, une bouteille enveloppée d… Lire la suite
PROCÉDÉS PHOTOGRAPHIQUES - (repères chronologiques)

Écrit par :  Jean-Paul GANDOLFO

… de-Varennes (Saône-et-Loire), réalisée sur une plaque d'étain recouverte de bitume de Judée. * En France, le daguerréotype, procédé argentique de photographie sur métal mis au point par Louis Jacques Mandé Daguerre (1787-1851) à partir des recherches de Nicéphore Niépce, est présenté le 19 août par le député François Arago devant les… Lire la suite

Afficher la liste complète (9 références)

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2016, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.