BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

HISTOLOGIE

Bien que le mot histologie (étymologiquement, science des tissus, du grec histos : « tissu », et logos : « science ») n'ait été créé qu'en 1821 (par Heusinger, en Allemagne), on considère habituellement – et à juste titre – que le concept morphologique, fonctionnel et pathologique de tissu a été fondé par Bichat (1771-1802), sans le recours au microscope, grâce à l'étude anatomique précise et minutieuse des organes des animaux, dont il avait identifié les constituants essentiels.

En deux siècles, de sa naissance à aujourd'hui, l'histologie a vécu trois révolutions : la révolution fondatrice issue de la microscopie optique et de la théorie cellulaire ; la révolution revivifiante engendrée par la microscopie électronique ; la révolution décisive de la biologie moléculaire. Ces trois périodes cruciales dans l'histoire de cette discipline correspondent à une plongée des investigations vers des échelles d'observation de plus en plus fines correspondant en fait à des niveaux d'organisation du vivant de plus en plus élémentaires.

1.  Les trois révolutions de l'histologie

La première révolution, celle qui a véritablement été à l'origine de l'histologie est double : scientifique et technique. L'histologie, en tant que science, s'est en effet constituée, au milieu du xixe siècle, à partir de la conjonction de l'avènement d'une théorie scientifique qui révolutionnait la biologie, la théorie cellulaire (avec Schleiden et Schwann, 1837, 1838, puis Virchow, 1859) et du perfectionnement d'un instrument d'optique vieux d'environ deux siècles, le microscope optique achromatique. De ce fait, l'anatomie générale de Bichat devenait une anatomie microscopique tissulaire. Ainsi se développa, au cours du xixe siècle, une histologie animale dans laquelle la cytologie (étude des cellules) jouait un rôle essentiel (cf. tissus animaux). Après maintes péripéties, l'histologie végétale trouva, grâce aux travaux de l'Allemand Hugo von Mohl et du Suisse Karl Naegeli, son expression moderne. Progressivement, ce […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  8 pages…

Pour citer cet article

Élodie BOUCHERON, Dominique CHRIQUI, Anne GUIVARC'H, Jacques POIRIER, « HISTOLOGIE  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/histologie/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« HISTOLOGIE » est également traité dans :

HENLE FRIEDRICH GUSTAV JACOB (1809-1885)

Écrit par :  Universalis

… propre, parasite le corps malade. Professeur d'anatomie à l'université de Zürich (1840-1844), Henle *publie Allgemeine Anatomie (1841, Traité d'anatomie générale), le premier traité systématique d'histologie. Il poursuit avec Handbuch der rationellen Pathologie (1846-1853, « Manuel de pathologie rationnelle », deux vol.),… Lire la suite
MALPIGHI MARCELLO (1628-1694)

Écrit par :  Alfredo RIVAEttore TOFFOLETTO

…  de devenir son médecin particulier en 1691. À Rome, Malpighi sera comblé d'honneurs. Inaugurant *l'histologie, Malpighi utilise pendant près de quarante ans le microscope pour décrire les principaux types de structures végétales et animales, ouvrant ainsi la voie aux futures générations de biologistes dans les domaines de la botanique, de l'… Lire la suite
MÉDECINE - Histoire

Écrit par :  Charles COURY

Dans le chapitre "Naissance de l'histologie et de l'anatomie pathologiques"  : …  les limites des constatations visuelles directes : Marcello Malpighi (1628-1694) inaugura ainsi l'*histologie. Tandis que les anatomistes de tous pays complétaient les connaissances occidentales sur la structure du corps normal, un autre Italien célèbre, Giovanni-Battista Morgagni (1682-1771), révéla l'intérêt de l'étude des lésions chez l'homme… Lire la suite
MICROSCOPIE

Écrit par :  Christian COLLIEXJean DAVOUSTÉtienne DELAINPierre FLEURYGeorges NOMARSKIFrank SALVANJean-Paul THIÉRY

Dans le chapitre "Applications de l'éclairage par transmission en fond clair"  : …  optique classique ne présentent que très peu de contraste et peu de détails. On a donc été amené en *histologie à fixer les tissus vivants et à les inclure dans des matières assez dures de façon à effectuer des coupes fines, de l'ordre de quelques micromètres d'épaisseur. Ces coupes sont traitées par des mélanges de colorants histologiques qui… Lire la suite
TISSUS ANIMAUX

Écrit par :  Roger MARTOJAJean RACADOT

Dans le chapitre "Techniques histologiques"  : …  *La connaissance des tissus repose essentiellement sur les moyens optiques qui permettent de les examiner et sur un certain nombre de traitements qui leur sont appliqués au préalable. Ces traitements préparatoires, ou techniques histologiques, ont pour effet de rendre possible l'observation microscopique et sont utilisés en vue de l'étude… Lire la suite
TISSUS VÉGÉTAUX

Écrit par :  Jean-Claude ROLAND

Dans le chapitre "Les techniques de l'histologie végétale"  : …  *Historiquement, les premières observations de tissus de plantes sont très anciennes et remontent au xviie siècle. Elles sont pratiquement contemporaines de la construction des premiers microscopes. Les descriptions de R. Hooke dans sa célèbre Micrographia (1665), de A. Van Leeuwenhoek (1674), de M. Malpighi (1674), de N… Lire la suite

 

Voir aussi

 

Dictionnaire

Définition du mot "HISTOLOGIE"

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média