BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

GERMANIUM

De Germania, Allemagne

Symbole chimique : Ge

Numéro atomique : 32

Masse atomique : 72,59

Point de fusion : 937,4 0C

Point d'ébullition : 2 830 0C

Densité (à 20 0C) : 5,32.

Semi-métal argenté qui a été découvert par Clemens Winkler dans l'argyrodite (Ag4GeS4, 2 Ag2S) et dont les propriétés chimiques avaient été prédites par D. I. Mendeleïev, en 1871, à partir de sa classification périodique, comme étant analogues à celles du silicium, d'où le nom de ekasilicium qu'il lui avait attribué. C'est un métal rare : il représente 0,000 5 p. 100 de la croûte terrestre.

Le germanium est un élément gris-blanc, cassant, dont la structure cristalline est la même que celle du diamant. Il s'oxyde à l'air, entre 600 et 700 0C, et réagit vivement avec les halogènes, avec lesquels il forme des tétrahalogénures. Il se dissout rapidement dans les bases alcalines fondues pour donner des germanates, mais il résiste aux acides ; seuls les acides sulfurique ou nitrique concentrés et l'eau régale l'attaquent sensiblement.

On prépare le germanium à partir de ses minerais (argyrodite, germanite et reniérite) en les traitant par l'acide chlorhydrique concentré ; le tétrachlorure de germanium formé est purifié par distillation fractionnée, puis hydrolysé en hydroxyde, et finalement réduit à l'état métallique par l'hydrogène en atmosphère inerte.

Ce n'est qu'après 1945 que le germanium a acquis une importance pratique, à cause de ses propriétés semi-conductrices très appréciées des industries électroniques. Son dioxyde (GeO2), d'un indice de réfraction élevé, est employé dans la fabrication des objectifs à grand angle pour les instruments d'optique.

Le germanium possède plusieurs isotopes stables et radioactifs. Transparent dans l'infrarouge, le germanium et son dioxyde sont aussi utilisés en spectroscopie à cette longueur l'onde.

Universalis

Pour citer cet article

E.U., « GERMANIUM  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/germanium/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« GERMANIUM » est également traité dans :

CRISTAUX - Synthèse des cristaux

Écrit par :  Yves GAUTIER

Dans le chapitre "Les semiconducteurs"  : …  Le germanium et, surtout, le silicium sont les principaux semiconducteurs de synthèse. En 2000, la production mondiale de silicium avoisinait les 6 000 tonnes ; chiffre significatif qui fait parfois appeler notre époque, depuis l'utilisation de cet élément comme diode dans les postes à galène jusqu'aux applications actuelles, « âge du silicium… Lire la suite
IMAGERIE TÉRAHERTZ

Écrit par :  Bernard PIRE

Dans le chapitre "L’émission térahertz, un développement récent"  : …  organique ; leur efficacité était très faible, ils n’opéraient qu’à très basse température et haut champ magnétique et étaient difficilement accordables. Le laser à cristal de germanium semi-conducteur mis au point en 1985 à l’institut Lebedev de Moscou permit de réaliser les premières applications, mais il devait être refroidi à l’hélium liquide… Lire la suite
MATIÈRE (physique) - État solide

Écrit par :  Daniel CALÉCKI

Dans le chapitre "Les solides covalents"  : …  tels ceux de carbone, de silicium ou de germanium. Ils possèdent tous une couche de valence qui contient quatre électrons et qui peut en accueillir quatre autres pour être saturée. Un atome (0) va partager chacun de ses quatre électrons avec quatre atomes premiers voisins (1), (2), (3), (4), et, réciproquement, chacun… Lire la suite
MICROÉLECTRONIQUE

Écrit par :  Claude WEISBUCH

Dans le chapitre "Le circuit intégré (1958-1959)"  : …  aussi de support, d'où le terme de circuit intégré « monolithique » (une seule pierre). Kilby, de la société Texas Instruments, conçoit, en mai 1958, une méthode pour réaliser les différents éléments de circuits (résistances, condensateurs et transistors) par attaque chimique localisée du germanium. La composition chimique verticale du germanium (… Lire la suite
MISE AU POINT DU TRANSISTOR

Écrit par :  Bernard PIRE

Le 23 décembre 1947, dans les laboratoires de la compagnie Bell Telephone, John Bardeen et Walter Brattain réussissent à faire fonctionner la première vanne électronique en utilisant trois cristaux de germanium. Ils l'appellent transfer resistor (résistance à transfert), ce qui… Lire la suite
PARTICULES ÉLÉMENTAIRES - Détecteurs de particules

Écrit par :  Pierre BAREYREJean-Pierre BATONGeorges CHARPAKMonique NEVEUBernard PIRE

Dans le chapitre "Détecteurs semi-conducteurs"  : …  C'est le silicium et le germanium qui sont les deux éléments essentiels de ces détecteurs. La figure 8 montre la structure typique d'un détecteur à germanium. Celui-ci a un numéro atomique Z = 32 et une densité de 5,33 g/cm3, contre Z = 14 et une densité de 2,… Lire la suite
PREMIERS BREVETS DE CIRCUITS INTÉGRÉS

Écrit par :  Pierre MOUNIER-KUHN

À partir du milieu des années 1950, les semiconducteurs (diodes et transistors) sont venus progressivement remplacer les tubes électroniques. De plus faible dimension, ils sont très supérieurs en termes de rendement énergétique, de longévité, de fiabilité (problème crucial dans un ordinateur) et aussi de potentiel économique, puisque l'… Lire la suite
SEMI-CONDUCTEURS

Écrit par :  Julien BOK

Dans le chapitre "semi-conducteurs purs"  : …  Les semi-conducteurs les plus classiques sont des cristaux covalents comme le germanium ou le silicium, éléments qui possèdent quatre électrons de valence. Par mise en commun d'électrons, on obtient autour de chaque atome une couche saturée à huit électrons (fig. 2a). Les autres semi-conducteurs les plus utilisés sont des composés binaires formés d… Lire la suite

Afficher la liste complète (8 références)

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.