7-28 février 1993

Chypre. Élection de Glafcos Cléridès à la présidence de la République

Le 7, le président sortant Georges Vassiliou, candidat indépendant soutenu par le puissant Parti communiste, arrive en tête au premier tour de l'élection présidentielle, avec 44,15 p. 100 des voix. Ses deux principaux adversaires sont Glafcos Cléridès, président du Rassemblement démocratique (droite), qui recueille 36,74 p. 100 des suffrages, et Paschalis Pascalidès, candidat du Front des forces combattantes (centre droit et socialistes), qui obtient 18,64 p. 100 des voix.

Le 14, à la suite du désistement de Paschalis Pascalidès en sa faveur, Glafcos Cléridès est élu au second tour, à la surprise générale, avec 50,28 p. 100 des voix contre 49,72 p. 100 pour Georges Vassiliou. Au pouvoir depuis 1988, ce dernier paye ainsi la hausse du coût de la vie, qui a été entraînée notamment par l'introduction de la T.V.A. et le trop grand pouvoir acquis par les syndicats qui lui assuraient par ailleurs leur soutien.

Le 28, dans son discours d'investiture devant le Parlement, le nouveau président annonce son intention de participer aux prochaines discussions organisées sous l'égide de l'O.N.U. sur le règlement du litige relatif à la partition de l'île consécutive à l'invasion de sa partie nord par les Turcs en 1974. Il se montre toutefois beaucoup plus réservé que son prédécesseur au sujet du projet de solution de l'O.N.U. qui prévoit la création d'un État fédéral bizonal et bicommunautaire.

— Universalis

Événements précédents