6-12 mars 2023

Iran. Vague d’intoxications d’écolières

Le 6, le guide suprême Ali Khamenei déclare que les intoxications qui visent de nombreuses écoles de filles à travers le pays constituent des « crimes impardonnables » qui doivent faire l’objet de « peines sévères ». Les premiers empoisonnements par voies respiratoires de centaines de jeunes écolières, collégiennes ou lycéennes ont été signalés en novembre 2022 à Qom, puis le phénomène s’est étendu à d’autres villes du pays. Accusé de passivité, le pouvoir a fini par diligenter une enquête. Les jeunes Iraniennes sont en première ligne dans le mouvement de contestation provoqué par la mort en détention, en septembre 2022, de la jeune Kurde Mahsa Amini, arrêtée par la police des mœurs en raison de sa tenue. En février, le vice-ministre de la Santé Younes Panahi avait admis le caractère intentionnel des intoxications, déclarant que « certains individus voulaient que toutes les écoles, en particulier les écoles de filles, soient fermées ».

Le 12, après l’annonce de premières arrestations le 7 et alors que les incidents se multiplient, le ministère de l’Intérieur annonce l’arrestation de « plus de cent personnes » soupçonnées d’être responsables de ces intoxications, évoquant « de possibles liens avec des organisations terroristes ».

— Universalis

Événements précédents