Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

22-30 décembre 1997

Mexique. Massacre de paysans indiens au Chiapas

Le 22, un commando masqué tue quarante-cinq Indiens Tzotzil à Acteal, dans la région du Chiapas. Le « sous-commandant » Marcos, porte-parole de l'Armée zapatiste de libération nationale (E.Z.L.N.), entrée en rébellion dans la région en janvier 1994, accuse le président Ernesto Zedillo d'avoir une « responsabilité directe » dans le massacre. Divers sympathisants du mouvement zapatiste mettent en cause une organisation paramilitaire liée au Parti révolutionnaire institutionnel (P.R.I.) au pouvoir. Les négociations entre le gouvernement et l'E.Z.L.N. ont été suspendues en août 1996 en raison d'un litige sur la portée de l'autonomie administrative octroyée aux Indiens par l'accord conclu en février de la même année. Les jours suivants, des milliers d'Indiens fuient la région.

Le 26, dix-huit Indiens Tzotzil sont inculpés pour leur participation au massacre. Des haines ancestrales ranimées par des querelles locales entre partisans du P.R.I. et sympathisants de l'E.Z.L.N. expliqueraient la tuerie. Vingt-trois nouvelles inculpations seront notifiées à la fin du mois. La passivité des forces de l'ordre, présentes non loin d'Acteal au moment des faits, reste toutefois inexpliquée.

Le 27, le maire tzotzil (P.R.I.) de la commune dont dépend le village attaqué, soupçonné d'être l'instigateur du massacre, est arrêté.

Le 30, le gouvernement exprime sa volonté de reprendre le « processus de conciliation », sans toutefois faire de propositions concrètes.

— Universalis

Événements précédents