Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

2-29 janvier 1992

Géorgie. Fuite du président Zviad Gamsakhourdia

Le 2, un conseil militaire prend le pouvoir et exige la démission du président Zviad Gamsakhourdia. L'ancien Premier ministre Tengiz Sigua prend la tête d'un gouvernement provisoire et annonce l'organisation d'élections législatives pour avril. Élu avec 87 p. 100 des voix en mai 1991, Zviad Gamsakhourdia est retranché depuis le 22 décembre 1991 dans le parlement, autour duquel se déroulent des combats qui ont fait une centaine de morts et détruit le centre-ville de Tbilissi.

À partir du 3, et presque tous les jours, des manifestations rassemblent des milliers de partisans du président géorgien à Tbilissi et à travers le pays.

Le 6, Zviad Gamsakhourdia s'enfuit vers l'Arménie voisine. Le même jour, le Géorgien Edouard Chevardnadze, ancien ministre soviétique des Affaires étrangères, se déclare prêt à regagner sa terre natale afin de « prendre part au processus démocratique ».

Le 16, Zviad Gamsakhourdia regagne la Géorgie et appelle à la « reconquête de Tbilissi ».

Le 19, la région autonome géorgienne d'Ossétie du Sud, peuplée en majorité de Russes, se prononce à 99,75 p. 100, par référendum, en faveur du rattachement à la fédération de Russie.

Le 29, les troupes du gouvernement provisoire investissent la ville de Zougdidi, dernier bastion des forces favorables au président Gamsakhourdia.

— Universalis