Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

2-24 juillet 1997

Albanie. Démission du président Sali Berisha

Le 2, après la victoire de l'opposition socialiste au premier tour des élections législatives, en juin, le président Sali Berisha, qui déclare refuser toute cohabitation avec les anciens communistes, annonce qu'il démissionnera dès que le Parti socialiste aura formé un gouvernement. Sali Berisha avait été réélu par le Parlement en mars.

Le 6, au second tour, l'opposition socialiste conforte sa victoire. Le Parti socialiste et ses alliés remportent 117 sièges sur 155 au Parlement. Le Parti démocrate du président Sali Berisha ne dispose que de 27 élus.

Le 23, date de la première réunion du nouveau Parlement, Sali Berisha annonce sa démission des fonctions de président de la République qu'il exerçait depuis avril 1992.

Le 24, le Parlement – où les élus démocrates refusent de siéger – élit à la tête de l'État le secrétaire général du Parti socialiste, Rexhep Mejdani. Le nouveau président charge le chef de son parti, Fatos Nano, de former le gouvernement. Ce dernier est partisan d'une réforme constitutionnelle visant à rééquilibrer les pouvoirs en faveur du Premier ministre et du Parlement. Le nouveau Parlement lève l'état d'urgence en vigueur depuis mars, malgré la persistance d'un climat de violence.

— Universalis

Événements précédents