Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

1er-31 mai 1991

Angola. Accord de paix après seize années de guerre civile

Le 1er, un accord de paix est conclu au Portugal entre les représentants du gouvernement angolais et ceux des rebelles de l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (U.N.I.T.A.), afin de mettre fin à seize années de guerre civile qui ont causé la mort de plus de cent mille personnes. En effet, avant même l'indépendance en novembre 1975, les forces gouvernementales du Mouvement populaire de libération de l'Angola (M.P.L.A.), soutenues par l'U.R.S.S. et par Cuba, étaient entrées en lutte contre celles de l'U.N.I.T.A., soutenues par l'Afrique du Sud. L'accord conclu prévoit l'instauration d'un cessez-le-feu dès le 15 mai, la fusion des troupes belligérantes en une seule armée nationale et l'organisation d'élections pluralistes avant la fin de 1992.

Le 31, le président angolais José Eduardo Dos Santos et Jonas Savimbi, chef de l'U.N.I.T.A., signent solennellement à Lisbonne l'accord de paix, en présence de James Baker, secrétaire d'État américain, d'Alexandre Bessmertnykh, ministre soviétique des Affaires étrangères, de Javier Pérez de Cuéllar, secrétaire général des Nations unies, et de Yoweri Museveni, président actuel de l'Organisation de l'unité africaine (O.U.A.). L'O.N.U. se charge de veiller au respect du cessez-le-feu et de superviser l'organisation des prochaines élections.

— Universalis

Événements précédents