ANGOLA, chronologie contemporaine

 

2017

23 août 2017
Angola. Victoire du MPLA aux élections législatives et succession de José Eduardo dos Santos à la présidence.

Le Mouvement populaire de libération de l’Angola (MPLA), au pouvoir, remporte les élections législatives, quoi qu’en recul, avec 61,1 p. 100 des suffrages et 150 sièges sur 220. En progrès, l’Union nationale pour l’indépendance totale de l’Angola (UNITA) obtient 26,7 p. 100 des voix et 51 élus. La Large Convergence pour le salut de l’Angola-Coalition électorale (CASA-CE) progresse également avec 9 […] Lire la suite

2015

1er-3 juillet 2015
France – Bénin – Angola – Cameroun. Visite du président François Hollande en Afrique.

Les 1er et 2, le président français François Hollande entame par le Bénin sa tournée africaine. Dans un discours prononcé devant le gouvernement, les parlementaires et les corps constitués, il qualifie le pays de « référence sur le plan démocratique », saluant « trois alternances démocratiques en vingt-cinq ans, des échéances toujours respectées, des élections régulières ».  […] Lire la suite

2012

31 août 2012
Angola. Victoire du M.P.L.A. aux élections législatives.

Le Mouvement populaire pour la libération de l'Angola (M.P.LA.) du président José Eduardo Dos Santos remporte les élections législatives, avec 71,8 p. 100 des suffrages et 175 sièges sur 220. L'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (U.N.I.T.A.) d'Isaias Samakuva obtient 18,7 p. 100 des voix et a 32 élus. Le taux de participation est de 62,8 p. 100. En vertu de la Constitution adop […] Lire la suite

2009

17-23 mars 2009
Vatican – Afrique. Première tournée de Benoît XVI en Afrique.

Le 17, le pape Benoît XVI, dans l'avion qui l’emmène à Yaoundé (Cameroun) pour sa première tournée en Afrique, aborde le problème du sida, en réaffirmant la position de l'Église catholique contre l'usage du préservatif; mais il déclare également que « leur distribution [...] augmente le problème », provoquant de vives critiques, y compris parmi les catholiques. Cette déclaration intervient après l […] Lire la suite

2008

5-6 septembre 2008
Angola. Élections favorables au M.P.L.A.

Les 5 et 6 se tiennent les premières élections législatives organisées dans le pays depuis septembre 1992. Le Mouvement populaire pour la libération de l'Angola (M.P.L.A.) remporte 81,6 p. 100 des suffrages et 191 sièges au Parlement sur 220 (+ 62 par rapport au précédent scrutin). L'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (U.N.I.T.A.) obtient 10,4 p. 100 des voix et 16 élus (— 54). […] Lire la suite

23 mai 2008
France – Angola. Visite du président Nicolas Sarkozy en Angola.

Nicolas Sarkozy effectue à Luanda la première visite d'un président français depuis juin 1998. Il entend « tourner la page des malentendus du passé » – allusion à l'« Angolagate », une affaire judiciaire de ventes d'armes illégales à l'Angola impliquant des intermédiaires français, dans les années 1990 – pour établir un « partenariat » politique et économique avec « une puissance majeure de la rég […] Lire la suite

2002

4 avril 2002
Angola. Signature d'un protocole d'accord de paix.

Les Forces armées angolaises (F.A.A.) et les rebelles de l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (U.N.I.T.A.) signent, à Luanda, un protocole d'accord « en vue de l'instauration d'une paix définitive ». Le 30 mars, six semaines après la mort de Jonas Savimbi, chef historique de l'U.N.I.T.A., les belligérants avaient conclu un accord de cessation des hostilités. La guerre civile qu […] Lire la suite

22 février 2002
Angola. Mort de Jonas Savimbi.

Les autorités annoncent la mort du chef rebelle Jonas Savimbi, fondateur de l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (U.N.I.T.A.), lors de combats contre les forces gouvernementales dans le sud-est du pays. Défenseur de la cause des autochtones contre l'élite créole issue de la colonisation, en lutte depuis l'indépendance du pays en 1975 contre le Mouvement populaire pour la libéra […] Lire la suite

1999

2 janvier-26 février 1999
Angola. Reprise de la lutte armée.

Le 2, un avion transportant des membres de la Mission d'observation des Nations unies en Angola (Monua) est abattu près de Huambo, dans le centre du pays, dans une zone de combats entre les forces gouvernementales et les rebelles de l'U.N.I.T.A. Le 26 décembre 1998, un avion de la Monua avait déjà disparu dans les mêmes conditions ; ces deux attentats ont fait vingt-trois morts. Forte d'un millier […] Lire la suite

1998

25-30 juin 1998
France – Afrique. Tournée du président Jacques Chirac en Afrique australe.

Le 25, le président français entame par la Namibie sa tournée en Afrique australe. L'aide publique au développement et l'intégration régionale sont les principaux thèmes abordés lors de cette étape.Du 26 au 28, le président Chirac séjourne en Afrique du Sud. Il évoque l'ouverture de la politique africaine de la France vers l'Afrique australe, le nécessaire développement des relations économiques b […] Lire la suite

1997

11 avril 1997
Angola. Nomination d'un gouvernement d'union nationale.

Au terme de longues et laborieuses négociations, le président Eduardo Dos Santos et le chef rebelle de l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (U.N.I.T.A.), Jonas Savimbi, signataires des accords de Lusaka en novembre 1994, mettent en place un gouvernement d'union nationale. L'U.N.I.T.A. y compte trois ministres et sept vice-ministres. La décision de principe avait été prise à Lib […] Lire la suite

1995

6 mai 1995
Angola. Rencontre entre le président et le chef de l'U.N.I.T.A.

Repoussée plusieurs fois, la rencontre entre le président José Eduardo Dos Santos et le chef de l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (U.N.I.T.A.), Jonas Savimbi, a finalement lieu à Lusaka, en Zambie. Chefs des deux partis en conflit depuis 1975, les deux hommes ne s'étaient pas vus depuis les élections de septembre 1992 dont l'U.N.I.T.A. avait contesté les résultats, relançant […] Lire la suite

8-12 février 1995
Angola. Nouvelle mission de l'O.N.U.

Le 8, le Conseil de sécurité de l'O.N.U. adopte, à l'unanimité, la résolution 976 qui engage la troisième phase de la Mission de vérification des Nations unies en Angola (Unavem III). Celle-ci comptera sept mille casques bleus et un millier de civils qui seront chargés de l'application des accords de paix signés en novembre 1994 à Lusaka par le gouvernement du président José Eduardo Dos Santos et  […] Lire la suite

1994

11-22 novembre 1994
Angola. Signature de l'accord de paix.

Le 11, les Forces armées angolaises annoncent qu'elles exercent un « contrôle absolu » sur Huambo, fief de l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (U.N.I.T.A.) de Jonas Savimbi. Cette déroute militaire pour les rebelles de l'U.N.I.T.A. intervient alors que celle-ci a paraphé avec le gouvernement, en octobre, un accord de paix que tous deux devaient signer le 15 novembre. La poursu […] Lire la suite

31 octobre 1994
Angola. Conclusion d'un accord de paix entre le gouvernement et l'U.N.I.T.A.

À l'issue de négociations engagées il y a un an à Lusaka, capitale de la Zambie, le gouvernement du président José Eduardo Dos Santos (M.P.L.A.) et les rebelles de l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (U.N.I.T.A.) de Jonas Savimbi paraphent un accord de paix destiné à mettre fin à la guerre civile entre les mouvements de libération qui dure depuis 1975. Sur le terrain, les comb […] Lire la suite

1993

19-21 mai 1993
Angola. Reconnaissance par Washington du régime de Luanda et échec des négociations entre le M.P.L.A. et l'U.N.I.T.A.

Le 19, le président américain Bill Clinton annonce la reconnaissance par son pays du gouvernement angolais dirigé par le Mouvement pour la libération de l'Angola (M.P.L.A.). Cette décision consacre le revirement des États-Unis qui avaient toujours soutenu l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (U.N.I.T.A.) contre le régime marxiste du M.P.L.A., jusqu'à ce que ce dernier acquière  […] Lire la suite

9-24 janvier 1993
Angola. Reprise de la guerre civile.

Le 9, les troupes gouvernementales, qui ont lancé depuis le début du mois une offensive générale contre les positions occupées par l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (U.N.I.T.A.), prennent le contrôle de la ville de Huambo, située dans le sud du pays et l'un des principaux fiefs de Jonas Savimbi, chef de l'U.N.I.T.A. Malgré l'accord de paix du 31 mai 1991, les combats entre l […] Lire la suite

1992

9-20 décembre 1992
Angola. Apaisement de la situation politique et militaire.

Le 9, l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (U.N.I.T.A.) de Jonas Savimbi accepte les cinq portefeuilles que le Premier ministre Marcolino Moco lui offre dans son gouvernement essentiellement composé de membres du Mouvement populaire pour la libération de l'Angola. Deux postes lui sont également réservés dans l'état-major des nouvelles Forces armées angolaises (F.A.A.). Par aill […] Lire la suite

3-30 novembre 1992
Angola. Signature d'un cessez-le-feu entre le gouvernement et l'U.N.I.T.A.

Le 3, les affrontements qui opposaient depuis le 31 octobre, notamment à Luanda, l'armée aux troupes de l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (U.N.I.T.A.) cessent. Le mouvement de Jonas Savimbi, qui n'avait pas accepté sa défaite aux élections générales des 29 et 30 septembre, sort décapité des combats, dont le bilan s'élève à plusieurs milliers de morts. L'U.N.I.T.A. contrôle t […] Lire la suite

17-31 octobre 1992
Angola. Menace de reprise de la guerre civile.

Le 17, les résultats officiels de l'élection présidentielle des 29 et 30 septembre accordent 49,57 p. 100 des voix au président sortant José Eduardo Dos Santos, candidat du Mouvement pour la libération de l'Angola (M.P.L.A.), contre 40,07 p. 100 à Joseph Savimbi, chef de l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (U.N.I.T.A.). Un second tour doit être organisé. Dénonçant les fraudes, […] Lire la suite

27-30 septembre 1992
Angola. Victoire du président José Eduardo Dos Santos et du M.P.L.A. aux élections.

Le 27, les troupes rebelles de l'Union pour la libération totale de l'Angola (Unita) de Jonas Savimbi et les forces régulières du Mouvement pour la libération de l'Angola (M.P.L.A.) du président José Eduardo Dos Santos sont formellement dissoutes pour être fondues au sein des nouvelles Forces armées angolaises (F.A.A.), en application des accords de paix du 31 mai 1991, qui ont mis fin à seize ans […] Lire la suite

4-10 juin 1992
Vatican – Angola. Visite du pape Jean-Paul II en Angola.

Du 4 au 10, le pape Jean-Paul II entreprend en Angola son neuvième voyage sur le continent africain. Sa visite intervient un an après la signature des accords de paix d'Estoril, le 31 mai 1991, qui ont mis fin à seize ans d'une guerre civile très meurtrière au cours de laquelle l'Église a souvent été persécutée. En pleine campagne électorale en vue des consultations nationales prévues pour les 29  […] Lire la suite

1991

1er-31 mai 1991
Angola. Accord de paix après seize années de guerre civile.

Le 1er, un accord de paix est conclu au Portugal entre les représentants du gouvernement angolais et ceux des rebelles de l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (U.N.I.T.A.), afin de mettre fin à seize années de guerre civile qui ont causé la mort de plus de cent mille personnes. En effet, avant même l'indépendance en novembre 1975, les forces gouvernementa […] Lire la suite

1989

22-28 juin 1989
Angola. Accord de cessez-le-feu.

Le 22, dix-huit chefs d'État africains sont réunis à l'initiative du président Mobutu, à Gbadolite au Zaïre, pour tenter de régler le problème de la guerre civile angolaise entre le Mouvement pour la libération de l'Angola (M.P.L.A.), parti au pouvoir, et l'Union nationale pour la libération totale de l'Angola (U.N.I.T.A.), qui dure depuis la fin de la domination portugaise en 1974. Le président a […] Lire la suite

8-27 janvier 1989
Afrique du Sud – Angola – Namibie. Début d'application des accords de paix.

Le 8, le Congrès national africain (A.N.C.), principale organisation anti-apartheid d'Afrique du Sud, annonce qu'il retire ses bases militaires d'Angola afin de ne pas fournir à Pretoria un prétexte qui lui permettrait d'entraver le processus de paix en Namibie défini par les accords signés à New York le 22 décembre 1988.Le 10 est décrété jour férié en Angola pour fêter le départ du premier contin […] Lire la suite

1988

13-22 décembre 1988
Angola – Namibie. Signature à New York des traités sur l'Angola et la Namibie

Le 13, les représentants angolais, cubains et sud-africains qui négociaient depuis plusieurs mois sous l'égide des États-Unis parviennent à Brazzaville (Congo) à un dernier accord concernant le processus de retrait des troupes cubaines d'Angola.Le 22, les ministres des Affaires étrangères d'Angola, de Cuba et d'Afrique du Sud signent au siège des Nations unies à New York deux traités : le premier, […] Lire la suite

15-22 novembre 1988
Angola – Cuba – Afrique du Sud. Accord de principe sur le retrait cubain d'Angola

Le 15, les Angolais, les Cubains et les Sud-Africains, réunis à Genève sous l'égide des États-Unis, parviennent à un accord de principe portant sur le retrait des troupes cubaines d'Angola, préalable au processus devant mener à l'indépendance de la Namibie.Les 18 et 22, Cuba, l'Angola puis Pretoria approuvent cet accord de principe et décident de se réunir une dernière fois à Brazzaville pour disc […] Lire la suite

2-27 août 1988
Angola – Namibie. Conclusion d'un accord de cessez-le-feu pour l'Angola et la Namibie

Du 2 au 5 se tient à Genève la cinquième phase en trois mois de négociations entre des représentants de l'Angola, de l'Afrique du Sud, de Cuba et des États-Unis. Un accord de cessez-le-feu est rendu public le 8 : il prévoit que les troupes sud-africaines quittent l'Angola avant le 1er septembre, date à laquelle Cuba est censé présenter un calendrier pour le retrait de ses tr […] Lire la suite

11-20 juillet 1988
Angola – Namibie. Principe pour un règlement pacifique en Angola et en Namibie

Du 11 au 13 se tient à New York une réunion entre des représentants de l'Afrique du Sud, de l'Angola, de Cuba et des États-Unis, ces derniers servant de médiateurs. C'est la quatrième rencontre de ce type, après celles de Londres, de Brazzaville et du Caire. Un accord sur « un ensemble de principes » est obtenu.Le 20, les gouvernements sud-africain, angolais et cubain donnent leur aval à cet accor […] Lire la suite

3-13 mai 1988
Angola – Afrique du Sud. Recherche d'un règlement négocié pour l'Afrique australe

Les 3 et 4, une réunion entre des représentants de l'Angola, de Cuba, des États-Unis et de l'Afrique du Sud se tient pour la première fois à Londres pour tenter de trouver une solution aux conflits qui ravagent une partie de l'Afrique australe et empêchent le développement économique de l'Angola. Ce pays est en butte aux incursions de l'armée sud-africaine, tandis que, depuis l'indépendance en 197 […] Lire la suite

1987

11-12 novembre 1987
Angola – Afrique du Sud. Victoire de l'Afrique du Sud et de l'U.N.I.T.A. sur les troupes gouvernementales

Le 11, l'Afrique du Sud revendique pour la première fois son intervention directe en Angola pour aider les rebelles de l'U.N.I.T.A. (Union nationale pour l'indépendance totale en Angola) à répondre à une offensive d'une ampleur sans précédent, lancée depuis septembre par les forces gouvernementales angolaises, assistées par des Cubains et des Soviétiques.Le 12, Jonas Savimbi, chef du mouvement reb […] Lire la suite

7-28 septembre 1987
Afrique – France. Libération d'un coopérant français et visites à Paris des chefs d'État angolais et mozambicain

Le 7, Pierre-André Albertini, coopérant français détenu depuis octobre 1986 dans le bantoustan du Ciskei (enclave du sud-est de l'Afrique du Sud, dont seule Pretoria reconnaît l'indépendance), et condamné le 20 mars à quatre ans de prison pour avoir refusé de témoigner à charge contre cinq détenus noirs accusés d'actes terroristes, est libéré et remis, sur l'aéroport de Maputo, capitale du Mozambi […] Lire la suite

1986

30 janvier 1986
Angola – États-Unis. Visite de Jonas Savimbi à la Maison-Blanche

Jonas Savimbi, dirigeant de l'U.N.I.T.A., mouvement d'opposition armée au régime prosoviétique de Luanda, qui commence aux États-Unis une tournée de dix jours, est reçu à la Maison-Blanche par le président Ronald Reagan, qui lui promet de lui « venir en aide » dans sa guérilla. Une somme de 15 millions de dollars, prélevée sur les fonds d'urgence de la C.I.A., aurait été débloquée à fin d'aide mil […] Lire la suite

1985

16-22 septembre 1985
Angola – Afrique du Sud. Entrée de l'armée sud-africaine en Angola

Le 16, l'armée sud-africaine lance un nouveau raid sans le sud de l'Angola « pour prévenir une offensive » des maquisards namibiens de la S.W.A.P.O., qui auraient prévu de pilonner des bases militaires et d'attaquer des objectifs civils dans la province de l'Ovambo, dans le nord de la Namibie. L'Angola proteste vivement et accuse l'armée sud-africaine d'avoir pénétré sur son territoire pour contre […] Lire la suite

15-17 avril 1985
Angola – Afrique du Sud. Retrait d'Angola des dernières troupes sud-africaines

Le 15, le ministre sud-africain des Affaires étrangères, Pik Botha, annonce le retrait complet des troupes sud-africaines du territoire angolais. Ce retrait, prévu par les accords de Lusaka du 16 février 1984, n'avait pas eu lieu, en raison de la persistance de la guérilla menée par les maquisards namibiens de la S.W.A.P.O. (South West Africa People's Organization) à la frontière.Le 17, les troupe […] Lire la suite

1984

19 avril 1984
Angola – Cuba. Attentat contre des Cubains en Angola

Une jeep chargée d'explosifs est lancée contre un immeuble occupé par des experts civils cubains, à Huambo, principale ville du centre de l'Angola. L'U.N.I.T.A., mouvement rebelle qui lutte contre le régime de Luanda, revendique cet attentat. Le bilan officiel publié par les autorités angolaises serait de vingt-quatre tués, dont quatorze coopérants civils cubains. […] Lire la suite

16 février 1984
Afrique du Sud – Namibie. Détente entre l'Afrique du Sud et l'Angola

L'Afrique du Sud et l'Angola signent, à Lusaka (Zambie), un accord sur le désengagement militaire de l'Afrique du Sud du territoire angolais. Une commission conjointe est formée, chargée de surveiller le processus de retrait. Les États-Unis sont également représentés dans cette commission. L'Angola s'engage de son côté à contrôler les activités de la S.W.A.P.O. dont les bases se trouvent sur son t […] Lire la suite

11-31 janvier 1984
Afrique du Sud – Namibie. Vers un dialogue entre la S.W.A.P.O. et Pretoria

Le 11, les maquisards de la S.W.A.P.O. (Organisation du peuple du Sud-Ouest africain) acceptent la proposition de l'Afrique du Sud d'engager des négociations. Toutefois la S.W.A.P.O. souhaite limiter ces conversations à la question d'un éventuel cessez-le-feu en Namibie sans évoquer en particulier la présence de troupes cubaines dans la région.Le 31, l'Afrique du Sud annonce un « désengagement » d […] Lire la suite

1983

6-23 décembre 1983
Afrique du Sud – Namibie. Incursion sud-africaine dans le Sud angolais et impasse dans les négociations sur l'indépendance de la Namibie

Le 7, Claude Cheysson, ministre français des Relations extérieures, annonce que la France ne participera plus aux réunions du « groupe de contact », comprenant les États-Unis, le Canada, la Grande-Bretagne, l'Allemagne fédérale et la France, qui est chargé depuis 1978 de préparer l'indépendance de la Namibie. La négociation est en effet bloquée, les États-Unis et l'Afrique du Sud exigeant le retra […] Lire la suite

1982

8 décembre 1982
Angola. Pleins pouvoirs pour le président José Eduardo Dos Santos

Le 8, des entretiens sur la Namibie ont lieu au Cap-Vert, entre Angolais et Sud-Africains. Encore sous dépendance administrative de l'Afrique du Sud, l'ancienne colonie allemande devrait accéder à l'indépendance en 1983. L'Angola, qui fournit un soutien logistique à la S.W.A.P.O., l'organisation de libération de la Namibie, et qui a eu plusieurs fois à subir des actions militaires menées par le ré […] Lire la suite

1981

15 octobre 1981
Angola – France. Visite du président José Eduardo Dos Santos en France

Le président Eduardo Dos Santos, premier chef d'État angolais depuis l'indépendance en 1976 à faire une visite en France, s'entretient à Paris avec le président François Mitterrand de la situation en Afrique australe et de la question namibienne. La France formule l'espoir qu'à la suite du règlement namibien les troupes cubaines stationnées en Angola seront progressivement rapatriées. […] Lire la suite

25-30 août 1981
Angola – Afrique du Sud. Raids sud-africains contre la S.W.A.P.O. en territoire angolais

Le 25, le président Dos Santos, chef de l'État angolais, adresse un télégramme à Kurt Waldheim pour l'avertir que « quarante-cinq mille hommes comprenant des troupes sud-africaines et des mercenaires [...] sont massés le long de la frontière avec la Namibie et ont l'intention d'occuper l'Angola ». Selon l'agence de presse angolaise, deux colonnes motorisées sud-africaines auraient franchi la front […] Lire la suite

— Universalis