Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

14-30 octobre 2023

Canada. Réactions à l’attaque d’Israël par le Hamas

Le 14, à la faveur du congrès du Nouveau Parti démocratique (NPD) réuni à Hamilton (Ontario), certains délégués néodémocrates exigent que leur parti, qui condamne officiellement les violations des droits humains à la suite de l’attaque d’Israël par le Hamas, prenne davantage la défense des droits des Palestiniens.

Le 16, le Premier ministre Justin Trudeau s’exprime devant la Chambre des communes réunie pour la première fois depuis l’attaque. Il réaffirme la position de son gouvernement qui a apporté son appui à Israël et dénoncé le Hamas, et demande l’ouverture d’un corridor humanitaire pour ravitailler la population de Gaza, en respect du droit international. Alors que l’antisémitisme et l’islamophobie sont en hausse dans le pays, il appelle à « éviter de laisser les inquiétudes, les soupçons et la méfiance nous séparer ».

Le 17, à la Chambre des communes, le chef du NPD Jagmeet Singh demande que le Canada appelle à la fin des bombardements et au cessez-le-feu en Israël. Le Parti vert du Canada se rallie à cette demande, tout comme plusieurs élus du Parti libéral (PL).

Le 17 également, au Parlement québécois, Québec solidaire (QS) et le Parti québécois (PQ) refusent d’appuyer une motion de la Coalition avenir Québec (CAQ) en soutien à Israël parce qu’elle ne nommait pas les « violations du droit international » commises par l’État hébreu. Le Premier ministre François Legault (CAQ) affirme quant à lui comprendre « qu’Israël veuille se défendre ».

Le 20 est mise en ligne une lettre signée par trente-trois élus fédéraux, dont vingt-trois libéraux, huit néodémocrates et deux verts – mais aucun conservateur ni membre du Bloc québécois – qui exige « que le Canada intègre l’appel international de plus en plus fort à un cessez-le-feu immédiat ».

Le 22, des milliers de personnes manifestent à Montréal contre le « génocide » en cours à Gaza, en solidarité avec le peuple palestinien.

Le 23, après avoir déclaré que la position du NPD n’était « pas réaliste », le Bloc québécois appuie la demande du secrétaire général de l’ONU António Guterres en faveur d’« un cessez-le-feu multilatéral et temporaire » afin de permettre l’acheminement de l’aide humanitaire à Gaza.

Le 24, Justin Trudeau se dit favorable à l’instauration de « pauses humanitaires » dans le conflit entre Israël et le Hamas, mais écarte toujours la demande de cessez-le-feu.

Le 30, la ministre des Affaires étrangères Mélanie Joly, s’exprimant devant l’Economic Club of Canada, à Toronto, indique que « la situation humanitaire du peuple palestinien, des femmes et des enfants palestiniens est désastreuse ».

— Universalis

Événements précédents