YU DAFU [YU TA-FOU] (1896-1945)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né dans le Zhejiang, Yu Dafu appartient à une famille de propriétaires terriens d'aisance moyenne. Après des études secondaires à Hangzhou et dans une école de la mission américaine, il passe à l'université impériale de Tōkyō où il se spécialise à la fois en économie politique et en lettres allemandes, anglaises et russes. En 1921 paraît à Shanghai un premier volume de nouvelles signées de lui, Naufrage (Chenlun).

En 1921, Yu Dafu fonde avec Guo Moruo l'école littéraire romantique de Création (Chuangzao), dont l'histoire est étroitement liée à celle de son œuvre. Professeur d'anglais à Anqing en 1922 et 1923, il est responsable du premier numéro de Création (mai 1922), aussitôt attaqué par l'école rivale de Maodun, l'Association de recherches littéraires (Wenxue yanjiu hui), qui lui reproche sa théorie de « l'art pour l'art » et son « érotisme décadent ». La période est féconde en productions littéraires qui paraissent dans Création, alors publication trimestrielle. De retour à Shanghai en 1923, Yu Dafu devient rédacteur en chef du quotidien Création, qui dure cent jours, jusqu'à son départ pour Pékin comme professeur. Yu Dafu écrit et publie peu, notamment quelques-unes de ses nouvelles les plus connues, parmi lesquelles Un humble sacrifice (Bodian). En 1926 et 1927, Yu Dafu est à Canton, où se trouvent aussi Guo Moruo et d'autres membres de Création ; le groupe reprend ses activités avec un mensuel du même nom et le bi-mensuel Hongshui (« Le Déluge »). Yu Dafu revient en janvier 1928 à Shanghai où il publie son Journal. Création disparaît, interdite sous la terreur blanche du Guomindang, mais détruite avant même le coup d'État de Tchiang Kai-chek, à cause des divergences entre Yu Dafu et Guo Moruo au sujet de l'expédition vers le Nord (Beifa). Yu Dafu se rapproche alors du groupe de la revue Yusi (« Paroles ») dirigée par Luxun, avec lequel il publie aussi la revue Benliu (« Torrents ») à partir de juin 1928. Lui-même lance Dazhong wenyi (« L'Art et la littérature des masses »). Ces deux revues interdites en 1930, Yu Dafu c [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure de jeunes filles, agrégée de l'Université (lettres), docteur d'État, professeur honoraire à l'université de Paris-VIII, département de littérature générale, domaine chinois

Classification


Autres références

«  YU DAFU [ YU TA-FOU ] (1896-1945)  » est également traité dans :

GUO MORUO [KOUO MO-JO] (1892-1978)

  • Écrit par 
  • Michelle LOI, 
  • Jaroslav PRUSEK
  •  • 1 612 mots

Dans le chapitre « Une vie mouvementée »  : […] Né en 1892 dans l'ouest du Sichuan, non loin du mont Emei, dans une famille de propriétaires terriens et d'entrepreneurs, il manifesta dès son jeune âge un caractère combatif, qui lui valut d'être mis à la porte de plusieurs écoles. En 1913, refusant un mariage, il s'enfuit à Tianjin et de là au Japon pour y étudier la médecine, qu'il ne pratiqua jamais par suite d'une surdité partielle venue d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guo-moruo-kouo-mo-jo/#i_17811

Pour citer l’article

Michelle LOI, « YU DAFU [YU TA-FOU] (1896-1945) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/yu-dafu-yu-ta-fou/