• Mes Favoris
  • RADITCHKOV YORDAN (1929-2004)

    Carte mentale

    Élargissez votre recherche dans Universalis

    Parfois surnommé le « Kafka bulgare », Yordan Raditchkov a manié l'absurde, le burlesque et le tragique tout au long de son œuvre. Né en 1929 dans le petit village de Kalimanitsi, au nord-ouest de la Bulgarie, il commence sa carrière comme correspondant en province pour plusieurs journaux. Critique littéraire, il écrit également des scénarios pour le Studio national de la cinématographie. En 1959, il publie son premier ouvrage, un recueil de nouvelles intitulé Le cœur bat pour les hommes. À cette époque, la Bulgarie vit une période de glaciation sous le régime de Todor Jivkov, au pouvoir de 1954 à 1989. Le pays est lui-même appelé « la seizième république de l'Union soviétique », tant Sofia est totalement inféodée à Moscou. En 1968, il tourne un film d'après une de ses nouvelles, Le Ballon captif. À la suite de la première projection, le film est retiré. En 1988, une de ses pièces de théâtre est interdite à Sofia et aussitôt représentée à Skopje, dans la Macédoine titiste voisine.

    Sous le communisme, les œuvres de Raditchkov défient la censure en recourant à des allusions qui cachent une ironie délicate contre le pouvoir. En plus de quarante ans, il va publier une quarantaine de romans, de pièces de théâtre, de nouvelles, traduits dans vingt langues, dont le français (Les Cours obscures, 1980 ; L'Herbe folle, 1994 ; Nous les moineaux, 1997 ; Les Récits de Tcherkaski, 1998 ; La Barbe du bouc, 2001). Ses pièces de théâtre sont montées en U.R.S.S., en Europe occidentale et aux États-Unis.

    Mêlant le burlesque et le tragique, son style est proche de la fable avec un goût certain pour l'absurde. Yordan Raditchkov disait qu'il travaillait à la manière d'Ésope et de La Fontaine. Son univers littéraire est également imprégné de surnaturel. La Bulgarie est une vieille terre rurale de sorciers et de rebouteux et l'auteur s'est largement inspiré des mœurs paysannes de son village d'origine et de sa région.

    Au printemps 1989, quelques mois avant la chute du régime de Todor Jivkov, Raditchkov participe au petit déjeuner offert par le présid [...]


    1  2  3  4  5
    pour nos abonnés,
    l’article se compose de 2 pages


    Écrit par :

    • : docteur en histoire du xxe siècle de l'Institut d'études politiques, Paris, journaliste, membre du comité de rédaction de la revue Confluences Méditerranée

    Classification


    Autres références

    «  RADITCHKOV YORDAN (1929-2004)  » est également traité dans :

    BULGARIE

    • Écrit par 
    • Roger BERNARD, 
    • André BLANC, 
    • Christophe CHICLET, 
    • Nadia CHRISTOPHOROV, 
    • Jack FEUILLET, 
    • Vladimir KOSTOV, 
    • Edith LHOMEL, 
    • Robert PHILIPPOT
    •  • 26 974 mots
    •  • 12 médias

    Dans le chapitre « Contrefeux au réalisme socialiste »  : […] Avec l'instauration du régime communiste à la fin de la Seconde Guerre mondiale, la vie culturelle du pays a été profondément bouleversée. En littérature, le choc fut particulièrement brutal. Les œuvres des écrivains classiques, les valeurs les plus sûres se sont trouvées entachées de nationalisme, d'individualisme ou tout simplement d'idéalisme, tandis que le réalisme socialiste était érigé en do […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bulgarie/#i_8548

    Pour citer l’article

    Christophe CHICLET, « RADITCHKOV YORDAN - (1929-2004) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/yordan-raditchkov/