ARTHUS-BERTRAND YANN (1946- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le photographe Yann Arthus-Bertrand est né le 13 mars 1946 à Paris dans le milieu aisé d'une famille de joailliers. Aîné de six enfants, il préfère à une scolarité qui l'ennuie la fréquentation de la jeunesse dorée de la « bande du drugstore », se passionne pour les films américains et rêve de faire carrière au cinéma. Stagiaire à dix-sept ans sur le tournage du film Dragées au poivre de Jacques Baratier, il obtient un an plus tard un petit rôle dans Dis-moi qui tuer d'Étienne Périer, mais l'essai devant la caméra de Jean-Gabriel Albicocco pour Le Grand Meaulnes le convainc définitivement de son inaptitude au métier d'acteur. Le goût de la liberté que ne contraint aucune vraie vocation l'amène à exercer plusieurs petits métiers. En 1966, s'impliquant dans l'action pour la sauvegarde de la nature, Yann Arthus-Bertrand prend la responsabilité de la réserve animalière de Lurcy-Lévis dans le département de l'Allier, charge qu'il assumera pendant dix années, tout en s'initiant en autodidacte à la photographie, qu'il pratique alors à des fins documentaires. L'intérêt pour la nature et son image s'élargit à la faveur du travail réalisé de 1976 à 1978 dans la réserve de Massaï Mara au Kenya, où il fait pour la première fois des prises de vue en montgolfière.

En 1978, Yann Arthus-Bertrand entreprend une carrière de reporter professionnel spécialisé dans le sport, l'aventure, la nature et la prise de vue aérienne. Photographe du Paris-Dakar, du tournoi de tennis de Roland-Garros, il commence en 1983 une production de livres qui se révélera particulièrement féconde. Les premiers titres publient des photographies prises au Kenya : Lions, Massaïs, Tendres Tueurs. Après avoir participé en 1989 à l'organisation du projet « 3 Jours en France » qui propose à plusieurs photographes de donner, sur la même courte période, leur vision personnelle de la vie quotidienne, Yann Arthus-Bertrand se tourne vers la photograhie en hélicoptère dont il donne bientôt une version esthétique et spectaculaire. Il publie, aux éditions du Chêne, une série de livres, aux titres simples et efficaces d'une ville, d'une région ou d'un pays « vus du ciel ». Paris, l'Île-de-France, Venise, Le Kenya, L'Alsace et La Bourgogne paraissent de 1987 à 1989.

Pyramide du Serpent à plumes, Teotihuacán

Photographie : Pyramide du Serpent à plumes, Teotihuacán

Située à proximité de la Ciudadela, une grotte artificielle sous la pyramide du Serpent à plumes (dit temple de Quetzalcóatl) à Teotihuacán (Mexique) a fait l'objet de recherches depuis 2003. Ici, une photographie prise par Yann Artus-Bertrand. 

Crédits : Yann Arthus-Bertrand/ Hemis

Afficher

En 1991, Yann Arthus-Bertrand crée sa propre agence, Altitude. Cette banque d'images aériennes qui, en plus de celles de son fondateur, diffuse des images de photographes du monde entier, acquiert très vite une notoriété confortée d'année en année par la production de livres de parties du monde « vues du ciel », ou, à partir de 1992, « vues d'en haut » ; avec l'Égypte, il entame une longue collaboration avec les éditions de La Martinière. Les animaux photographiés dans la nature et parfois en studio s'insinuent dans cette production aérienne (Les Cerfs, 1989 ; Bestiaux, Les Lions, 1991 ; Les Chiens, 1992 ; Les Chats, 1993). Si les milieux artistiques ne lui reconnaissent pas le statut d'auteur, Yann Arthus-Bertrand rencontre le succès auprès du grand public, notamment par la monumentale exposition La Terre vue du ciel de 150 tirages mesurant 120 cm × 180 cm, présentée en 2000 au musée du Luxembourg et accrochée ensuite en plein air aux grilles du jardin du Luxembourg. Ces tirages ont fait l'objet, en 2000, d'une vente aux enchères au profit de l'organisation Reporters sans frontières et de la fondation Daniel Balavoine. Commencé en 1995, le projet de La Terre vue du ciel, donne, en 1999, son titre au livre publié aux éditions de La Martinière. Traduit en plus de vingt-quatre langues, vendu à plus d'un million d'exemplaires, l'ouvrage se double en 2000 d'un volume à l'italienne, 365 Jours pour la Terre. À la fin de l'année 2000, Yann Arthus-Bertrand s'essaie à un travail intimiste sur les habitants du village des Mesnuls, dans les Yvelines. Puis, en 2003, il lance le projet « Six Milliards d’Autres » pour lequel une équipe de réalisateurs part à travers le monde à la rencontre d’hommes et de femmes afin de recueillir leur témoignage. Ce travail fait l'objet d’un livre et d'une exposition au Grand Palais à Paris (2009). Le projet continue et devient « Sept Milliards d’Autres » en 2011.

Afin d’éveiller le plus grand nombre aux problèmes sociaux et environnementaux, Yann Arthus-Bertrand crée, en 2005, l’association écologiste internationale Good Planet et présente, de 2006 à 2011, « Vu du Ciel », une série télévisée de quinze documentaires sur le sujet. En 2009, il réalise un long-métrage produit par Luc Besson et intitu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Hervé LE GOFF, « ARTHUS-BERTRAND YANN (1946- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/yann-arthus-bertrand/