NORDWIG WOLFGANG (1943- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Vainqueur du concours de saut à la perche aux jeux Olympiques de Munich en 1972, l'Allemand de l'Est Wolfgang Nordwig mit fin à l'hégémonie américaine sur cette discipline qui durait depuis la création des Jeux en 1896. Il fut par ailleurs trois fois champion d'Europe en plein air et détint le record du monde en 1970.

Wolfgang Nordwig est né le 28 août 1943 à Chemnitz. À une époque où la R.D.A. commençait à fabriquer des champions dans ses « usines » frelatées, Wolfgang Nordwig emprunte une voie moins controversée vers le succès : son physique est très ordinaire, il ne dispose pas de qualités de vitesse naturelles, ce qui lui permet de passer au travers de la maille serrée du système de détection est-allemand des espoirs athlétiques. Adolescent, il décide d'orienter sa carrière sportive vers le saut à la perche, tout en menant des études qui le conduiront jusqu'au doctorat en sciences physiques. Volontaire, discipliné, bourreau d'entraînement – il n'hésite pas à s'exercer dans le petit jardin familial ou dans un grenier aménagé en gymnase de fortune –, il progresse rapidement : à dix-neuf ans, il franchit 4,11 mètres ; un an plus tard, grâce à l'emploi d'une perche en fibre de verre, il passe 4,73 mètres, une performance de niveau mondial. Néanmoins, contrarié par une blessure, il doit renoncer à participer aux jeux Olympiques de Tōkyō en 1964.

Wolfgang Nordwig se fait connaître sur le plan international en 1966 : il s'impose aux Championnats d'Europe de Budapest en franchissant 5,10 mètres. En 1968, aux Jeux de Mexico, le concours de saut à la perche est somptueux : alors que le record du monde établi peu avant les Jeux par l'Américain Bob Seagren se situe à 5,41 mètres, trois concurrents franchissent 5,40 mètres ; au nombre des essais, Seagren obtient la médaille d'or, devant l'Allemand de l'Ouest Claus Schiprowski, médaillé d'argent, et Nordwig, médaillé de bronze. L'année suivante, à Athènes, Nordwig est de nouveau champion d'Europe (5,30 m), devant l'étoile montante de la discipline, le jeune Suédois de vingt et un ans Kjell Isaksson (5,20 m). Compétiteur avant tout, Wolfgang Nordwig ne se lance jamais dans la course aux records ; pourtant, en 1970, il bat par deux fois le record du monde de l'Américain John Pennel (5,44 m), franchissant 5,45 mètres en juin à Berlin, puis 5,46 mètres en septembre à Turin. L'année suivante, à Helsinki, l'Allemand de l'Est est champion d'Europe pour la troisième fois consécutivement (5,35 m), encore devant Isaksson (5,30 m).

Le concours de saut à la perche des Jeux de Munich, en 1972, est très attendu et sujet à la polémique. Les Américains craignent en effet de voir pour la première fois le titre leur échapper : Nordwig affiche une belle assurance et Isaksson a récemment battu trois fois le record du monde pour le situer à 5,55 mètres. Mais, en juillet, Bob Seagren a répliqué : il a porté le record du monde à 5,63 mètres en employant une perche plus flexible et plus résistante que les engins dont disposent les rivaux des Américains. S'appuyant sur les règlements, la R.D.A. obtient que cette perche dite « banane », non homologuée par la Fédération internationale d'athlétisme (I.A.A.F.), soit prohibée à Munich, ce qui provoque la fureur de la délégation des États-Unis. Tous les concurrents de ce fait placés sur un pied d'égalité, le concours se résume à un duel entre Nordwig et Seagren. En franchissant 5,40 mètres à son deuxième essai alors que Seagren doit s'y reprendre par trois fois, Nordwig prend un avantage mathématique et psychologique. Puis Nordwig efface sobrement 5,45 mètres dès son premier essai, confirmant son ascendant sur Seagren, qui se montre incapable de répliquer. Assuré de la médaille d'or, Wolfgang Nordwig poursuit son concours et passe 5,50 mètres : il s'agit du meilleur saut de sa carrière, mais aussi du dernier, car il avait prévu d'arrêter la compétition après les Jeux de Munich. À vingt-neuf ans, il quittait brillamment la scène sportive et pouvait se consacrer sereinement à sa thèse de sciences physiques, consacrée au laser.

Wolfgang Nordwig fut également cinq fois consécutivement champion d'Europe en salle, de 1968 à 1972. En plus d'avoir mis un terme à la domination américaine sur le saut à la perche, Wolfgang Nordwig peut se targuer d'un autre exploit : il est l'un des rares champions est-allemands dont les performances ne seront jamais mises en cause pour quelque suspicion de dopage.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « NORDWIG WOLFGANG (1943- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/wolfgang-nordwig/