MAYWALD WILHELM (1907-1985)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Quelques semaines avant sa mort, le 21 mai 1985 à Paris, le photographe Wilhelm Maywald (dit Willy) publiait, en Allemagne, un livre de mémoires. Cet Allemand, plus parisien que bien des Parisiens, esthète qui maintint jusqu'au bout la tradition de la réception hebdomadaire ( son « jour » était le mardi), manière de salon où se croisaient les amis connus jadis chez la comtesse de Noailles et les jeunes gens à la mode, peintres, écrivains, journalistes et mondains en goguette, était l'un des derniers représentants d'une époque où la fête rythmait de ses fastes et surtout de son élégance la vie intellectuelle et artistique. Fidèle à son atelier de Montparnasse, il continuait à recevoir, toujours affable et raffiné, mais avec la nostalgie des années 1930 à 1950au cours desquelles il avait été adopté par Paris.

Né en 1907, à Clèves, dans une famille bourgeoise cultivée, il s'intéresse à la musique, à la peinture et à la littérature. Il fréquente, de 1925 à 1928, les écoles des Beaux-Arts de Cologne et Krefeld puis, en 1928, il s'inscrit à celle de Berlin et travaille alors comme assistant dans les studios de cinéma. En 1931, il s'installe à Paris où il apprend la photographie, jusqu'en 1934, chez le photographe de mode Harry Meerson. Il ouvre son studio à Montparnasse en 1934 et réalise portraits, clichés de mode et d'architecture, ainsi que quelques reportages pour de nombreux magazines, tant français qu'étrangers, dont il devient le collaborateur régulier. Dès 1935, il expose en compagnie de Dora Maar et de Pierre Boucher. Amoureux de Cagnes-sur-Mer où il réside tous les étés, il réalise deux ensembles sur « Le Jardin de Renoir » et « Le Jardin de Monet » qui seront publiés par la revue Verve. En 1939-1940, Willy Maywald est interné dans différents camps de détention en France. Quand il reprend son activité en 1942, il photographie les personnalités du monde intellectuel et artistique. On peut citer, entre autres œuvres particulièrement remarquables, ses portraits de Arp, Braque, Chagall, Le Corbusier, Léger, Matisse, Picasso, Miró, Utrillo, Cocteau, qui furent tou [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Christian CAUJOLLE, « MAYWALD WILHELM - (1907-1985) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/wilhelm-maywald/