WELLINGTON, Nouvelle-Zélande

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Capitale et grand centre de commerce de la Nouvelle-Zélande, Wellington s'étend à la pointe méridionale de l'île du Nord, à l'entrée du détroit de Cook, sur le rivage et les collines qui entourent la baie presque fermée de Port Nicholson, dans l'un des plus beaux sites au monde. Située sur une zone de faille, Wellington a subi plusieurs séismes importants au xixe siècle.

En 1839, un navire de la New Zealand Company débarque avec à son bord des officiers chargés de déterminer le site où la compagnie va implanter sa première colonie. L'emplacement choisi, à l'embouchure de la rivière Hutt, s'avéra cependant peu propice au peuplement humain, et la colonie fut déplacée vers Lambton Harbour, sur la rive occidentale du delta. Baptisée en 1840 en hommage à Arthur Wellesley, 1er duc de Wellington, pour l'aide qu'il a apportée à la compagnie, elle obtient le statut de bourg (borough) deux ans plus tard, puis celui de ville en 1886. En 1865, le siège de l'administration centrale, alors installée à Auckland, fut transféré à Wellington.

Nœud de transport et de communication du pays, Wellington est le point de départ d'un réseau ferré et routier qui rayonne dans toute l'île du Nord, tandis que des ferries assurent la liaison avec Picton, sur l'île du Sud. L'aéroport international de la ville est également au cœur du réseau aérien néo-zélandais. Le port, qui assure un trafic national et international, importe des produits pétroliers, des véhicules automobiles, ainsi que des minerais et exporte de la viande, des articles en bois, des produits laitiers, de la laine et des fruits. La vie économique de Wellington repose principalement sur le secteur tertiaire, en particulier la finance, les services aux entreprises et l'administration. Wellington est aussi un centre régional pour les services de santé et d'éducation (universités Victoria et Massey) et le tourisme y est développé. Si les activités industrielles ont décliné dans la ville proprement dite depuis la fin des années 1980, la région possède toujours des imprimeries et fabrique des produits chimiques, des matières plastiques et des machines.

Une grande partie de la ville fut construite sur des terres gagnées sur la baie. Parmi les principaux monuments, citons les bâtiments du Parlement (avec sa rotonde en forme de ruche, surnommée The Beehive) et la Bibliothèque nationale. Le musée national, Te Papa Tongarewa, a emménagé dans de nouveaux locaux en 1998. Le vieux Government Building (1876) est l'une des plus grandes structures en bois construites au monde. La population de la ville s'élevait, lors du recensement de 2006, à 183 500 habitants, tandis que celle de l'agglomération était estimée à 380 000 habitants.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  WELLINGTON, Nouvelle-Zélande  » est également traité dans :

NOUVELLE-ZÉLANDE

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET, 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Alain HUETZ DE LEMPS, 
  • Isabelle MERLE
  •  • 12 866 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « « Le paradis des travailleurs » »  : […] Les guerres maories des années 1860-1870 ont pour effet d'inciter le gouvernement colonial à centraliser le pouvoir. À partir de 1870, l'État emprunte massivement sur le marché financier londonien pour soutenir l'immigration et développer les infrastructures. Convaincus du rôle crucial de la puissance publique dans un pays neuf, éloigné de la métropole, où la « mise en valeur » exige des investiss […] Lire la suite

Les derniers événements

29-30 avril 1991 France – Nouvelle-Zélande. Visite de Michel Rocard en Nouvelle-Zélande

Michel Rocard effectue en Nouvelle-Zélande le premier voyage officiel d'un chef de gouvernement français depuis 1958. Cette visite a pour but de normaliser les relations entre les deux pays, restées très tendues pendant des années. Wellington, qui s'est toujours opposé à la politique nucléaire et aux essais français dans le Pacifique, avait violemment reproché à la France l'attentat commis contre le Rainbow Warrior, le bateau de l'organisation écologiste Greenpeace, coulé en juillet 1985 dans le port d'Auckland par des agents secrets français. […] Lire la suite

Pour citer l’article

« WELLINGTON, Nouvelle-Zélande », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/wellington-nouvelle-zelande/