VANČURA VLADISLAV (1891-1942)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le romancier tchèque Vladislav Vančura apparaît comme le continuateur d'une tradition qui fait de l'écrivain le défenseur des intérêts vitaux de son peuple. Il abandonne tôt la médecine pour se consacrer aux lettres. Ses premiers ouvrages révèlent son originalité : romans, contes ou pièces de théâtre sont pour lui comme un laboratoire où il expérimente les pouvoirs du langage. Le Courant de l'Amazonie (Amazonsky prond, 1923), Le Boulanger Jan Marhoul (Bekař Jan Marhoul, 1924) et Les Champs de labour et de guerre (Pole orná a válečná, 1925) font de lui, malgré son style difficile, un écrivain apprécié. Le critique Salda voit dans Procès criminel, ou le proverbe (Hrdelní pře anebo Přísloví, 1930) une tentative de réinsuffler au roman contemporain le goût et le sens de l'action. Quant aux diverses interprétations que suggèrent ses textes, elles prouvent, toujours selon Salda, la richesse de l'œuvre. Vančura restitue sa vraie valeur à la prose : il n'est pas question pour lui d'accepter la prose insipide de ces ouvrages où les individus sont comme des rouages d'une société qui les dépasse ; non que Vančura soit, dans le domaine politique, un défenseur de l'individualisme. Socialiste convaincu, il se voue aux idéaux d'un communisme qu'il juge capable de garantir aux individus la possibilité d'épanouir leurs facultés. L'écrivain n'hésite pas à s'engager et à sacrifier sa vie. Tête de liste des otages arrêtés après l'attentat du SS Heydrich, « protecteur » de la Bohême et de la Moravie, il meurt fusillé.

L'œuvre de Vančura demeure une pierre angulaire de la culture tchèque actuelle qui, malgré ses leurres et ses malheurs, voit dans les poètes des combattants de la vérité. La nouvelle génération du théâtre tchèque joue avec ferveur ses pièces et les cinéastes cherchent dans ses œuvres une inspiration aussi éloignée que possible du pseudo-réalisme jdanovien.

—  Ivo FLEISCHMANN

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Ivo FLEISCHMANN, « VANČURA VLADISLAV - (1891-1942) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/vladislav-vancura/