QUISLING VIDKUN (1887-1945)

Homme politique norvégien, Vidkun Quisling, entré dans l'armée en 1911, fut attaché militaire à Petrograd (Saint-Pétersbourg actuellement), en 1918 et 1919, et à Helsinki, de 1919 à 1921. Il s'occupa d'assistance et de secours humanitaires sous l'égide de Nansen en Russie, puis pour la Société des nations. En l'absence de relations diplomatiques entre la Grande-Bretagne et la Russie soviétique, il représenta les intérêts britanniques à la légation norvégienne de Moscou (1927-1929). Ministre de la Défense (1931-1933), il se rendit célèbre en réprimant une grève de travailleurs dans l'hydroélectricité. Il démissionna du gouvernement en 1933 pour former le parti fasciste Nasjonal Samling (Rassemblement national), qui prônait la suppression du communisme, mais il n'obtint jamais de siège au Storting (Parlement). Lors d'une rencontre avec Hitler en décembre 1939, Quisling sollicita l'occupation de la Norvège par les Allemands ; à la suite de l'invasion allemande d'avril 1940, il se proclama chef du gouvernement. Bien que son régime, soumis à des attaques nombreuses et violentes, fût tombé au bout d'une semaine, il continua à faire partie du gouvernement d'occupation et fut nommé, en février 1942, Premier ministre sous le commissaire du Reich Josef Terboven. Les tentatives déployées par Quisling pour convertir l'Église, les écoles et les jeunes au national-socialisme suscitèrent l'opposition passionnée des Norvégiens. Il fut tenu pour responsable d'avoir envoyé près de mille Juifs périr dans des camps de concentration. À la Libération, en mai 1945, il fut arrêté, reconnu coupable de trahison et d'autres crimes, et exécuté. Son nom est devenu synonyme de « collaborateur ».

Vidkun Quisling et Himmler, vers 1940

Vidkun Quisling et Himmler, vers 1940

photographie

Le Premier ministre fasciste norvégien Vidkun Quisling (1887-1945), à gauche, au côté d'Heinrich Himmler (1900-1945), le chef de la Gestapo, vers 1940. Symbole de la collaboration d'État, Quisling fut jugé et exécuté comme criminel de guerre en 1945. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

—  Universalis

Classification


Autres références

«  QUISLING VIDKUN (1887-1945)  » est également traité dans :

NORVÈGE

  • Écrit par 
  • Marc AUCHET, 
  • Régis BOYER, 
  • Georges CHABOT, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  •  • 24 720 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Entre l'Angleterre et l'Allemagne (1940-1945) »  : […] Comme les autres pays scandinaves, le royaume de Norvège était strictement attaché à sa neutralité. Déçu par la Société des Nations pendant la guerre d'Abyssinie, le gouvernement norvégien annonça, en avril 1938, son intention de s'abstenir de toute participation à un conflit armé. En octobre 1939, les États nordiques l'affirmaient solennellement à Stockholm. Mais la situation géographique comme l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/norvege/#i_49375

Pour citer l’article

« QUISLING VIDKUN - (1887-1945) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vidkun-quisling/