MARGUERITTE VICTOR (1866-1942)

Frère de Paul Margueritte, Victor Margueritte entreprend d'abord une carrière militaire. En 1886, il s'engage dans les spahis et deviendra lieutenant de dragons avant de démissionner de l'armée en 1896. Il collabore pendant plus de dix ans avec son frère ; mais, dans le même temps, il écrit quelques pièces pour le théâtre, par exemple La Double Méprise (1898), adaptée de Calderón. À partir de 1907, il publie de nombreux romans à succès qui exploitent un réalisme assez cru. Déjà dans Prostituée (1907), l'étude d'un problème social, qu'il traite d'ailleurs avec beaucoup de justesse, se mêle à des notations d'un érotisme complaisant. C'est cette même formule que Victor Margueritte continuera à appliquer, après la guerre, à tous les sujets d'actualité : le divorce, l'émancipation de la femme, le plaisir. La Garçonne (1922) provoque un vrai scandale ; l'auteur y décrit en détail la vie quotidienne d'une femme émancipée, comme il en apparut dans les années vingt. Rien, à vrai dire, ne justifie tout le bruit qu'on fit alors autour de ce livre. Avec la même inspiration réaliste, Victor Margueritte publie Compagnon (1924) et une trilogie, Vers le bonheur (1925-1930). Son activité politique est d'une certaine importance ; il publie essais et pamphlets et orchestre une propagande en faveur de la Société des Nations. Toute son œuvre, fortement liée aux modes dans lesquelles elle venait s'inscrire, s'est trouvée n'avoir plus aucun rapport avec les problèmes sociaux nouveaux. Elle reste, cependant, l'un des témoignages les plus intéressants et les plus curieux des mouvements qui agitèrent l'époque de l'entre-deux-guerres.

—  Antoine COMPAGNON

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université Columbia, États-Unis

Classification


Autres références

«  MARGUERITTE VICTOR (1866-1942)  » est également traité dans :

MARGUERITTE PAUL (1860-1918)

  • Écrit par 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 393 mots

Écrivain français. Fils d'un général tombé à Sedan en 1870, Paul Margueritte suit des études secondaires au Prytanée militaire de La Flèche, mais il renonce à la carrière militaire et travaille dans l'administration publique. Influencé par l'école naturaliste Paul Margueritte prétend, dans Mon Père (1884), donner une dimension […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-margueritte/#i_50428

Pour citer l’article

Antoine COMPAGNON, « MARGUERITTE VICTOR - (1866-1942) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/victor-margueritte/