VEḌḌA ou VEDDAH

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Veḍḍa constituaient bien avant le ~ vie siècle la population aborigène de Sri Lankā. Ils ont aujourd'hui adopté le cingalais et ne parlent plus leur propre langue. Physiquement ils ont des traits communs avec les populations dravidiennes habitant la jungle du sud de l'Inde, ainsi qu'avec les plus anciennes populations de l'Asie du Sud-Est, et sont largement absorbés par la population de Sri Lanka ; on les évaluait en 1911 à 5 300 individus, mais en 1964 le gouvernement n'en comptait guère plus que 800. Ils ont pratiquement cessé d'exister en tant que communauté autonome, et sont forcés à l'assimilation et à la sédentarisation après avoir été expulsés de leur terres forestières par les autorités cingalaises. La culture matérielle des Veḍḍa était, de même que leurs modes de subsistance, extrêmement simple. Ils vivaient dans des cavernes et dans des abris rocheux, portaient des vêtements d'écorce, chassaient le gibier à l'aide d'arcs et de flèches, cueillaient des plantes sauvages et récoltaient du miel. Leurs techniques retiennent l'intérêt des ethnographes, l'une des plus particulières étant la conservation de la viande dans du miel sauvage déposé au creux des anfractuosités des arbres ; les anthropologues, quant à eux, s'interrogent sur l'origine peut-être australoïde des Veḍḍa. La religion des Veḍḍa est essentiellement un culte des morts, le rituel principal étant la propitiation des esprits des morts de la famille (Yaka). Les esprits des ancêtres entraient, croyaient-ils, dans le corps des chamanes et, par l'intermédiaire de ces derniers, communiquaient avec leurs descendants. Il s'y ajoute un culte des esprits de morts mythiques dont le plus important est Kande. Les clans veḍḍa principaux sont : les Morane Waruge, les Unapane Waruge, les Nabudan Waruge, les Aumbela Waruge, les Uru Waruge et les Tala Waruge.

—  Yvan BARBÉ

Écrit par :

Classification

Autres références

«  VEDDA ou VEDDAH  » est également traité dans :

SINGHALAISES ou CINGALAISES LANGUE ET LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Stella SANDAHL
  •  • 2 279 mots

Dans le chapitre « Caractéristiques linguistiques »  : […] En raison de l'hésitation manifestée par les érudits avant de rattacher le singhalais à la famille indo-aryenne, il convient de considérer quelques caractéristiques linguistiques qui en sont responsables. On notera l'absence de consonnes aspirées, trait que le singhalais partage avec les langues dravidiennes, et qui est dû sans doute à l'influence tamoule. L'opposition phonologique entre consonne […] Lire la suite

SRI LANKA

  • Écrit par 
  • Osmund BOPEARACHCHI, 
  • Delon MADAVAN, 
  • Éric MEYER, 
  • Édith PARLIER-RENAULT
  •  • 21 644 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Les communautés à Sri Lanka »  : […] Le peuplement et l'histoire de cet espace insulaire, de près de 19 millions d'habitants en 1981 (date du dernier recensement général ; aucun recensement n'a pu être réalisé jusqu'en 2001, en raison du conflit armé et ce dernier n'est que partiel, il ne prend pas en compte les districts des provinces Nord et Est, alors sous l'autorité du mouvement séparatiste tamoul du L.T.T.E.), ont consolidé au f […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yvan BARBÉ, « VEḌḌA ou VEDDAH », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/vedda-veddah/