TRANSTRÖMER TOMAS (1931-2015)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tomas Tranströmer, Prix Nobel de littérature 2011, est un poète lyrique suédois réputé pour l'économie de son langage évocateur et son art audacieux de la métaphore.

Tomas Gösta Tranströmer voit le jour le 15 avril 1931 à Stockholm. Il est élevé par sa mère enseignante, divorcée très tôt de son père, et par son grand-père maternel. Après son service militaire, il publie un premier recueil de poésie, 17 dikter (1954, « Dix-Sept poèmes »), qui montre l'influence du modernisme à travers une langue dépouillée et des métaphores surprenantes. Le livre connaît un accueil favorable de la critique. Le jeune homme termine des études de littérature, de psychologie et d'histoire des religions à l'université de Stockholm en 1956. Il travaille dès lors à l'Institut psychotechnique de l'université et, à partir de 1960, exerce la profession de psychologue à Roxtuna, centre pour jeunes délinquants situé non loin de Linköping. En 1965, il s'installe avec son épouse et sa famille à Västerås, à une centaine de kilomètres à l'ouest de la capitale, où il poursuit sa carrière de psychologue.

Ses recueils suivants, Hemligheter vägen (1958, « Secrets en chemins »), Den halvfärdiga himlen (1962, « Ciel à moitié achevé ») et Klanger och spår (1966, « Accords et traces »), sont plus introspectifs, et recouvrent à un langage poétique empreint d'économie où s'exprime un regard plus intimiste sur le monde. Dans ces poèmes, comme dans ceux qu'il publiera ensuite, l'observation poétique de la nature allie la richesse de l'évocation à la plus grande sobriété de style. Vers la fin des années 1960, Tranströmer se voit pourtant rejeté par une nouvelle génération de poètes activistes et une partie de la critique, qui lui reprochent son manque d'engagement politique. C'est également dans les années 1960 qu'il se lie d'amitié et entame une correspondance avec le poète américain Robert Bly, qui traduira une grande partie de son œuvre en anglais, contribuant à sa renommée dans le monde anglophone.

Le premier recueil complet traduit par Bly sera Mörkerseende (1970, « Visions nocturnes »), composé durant une période difficile pour le poète suédois. Dans sa publication suivante, Stigar (1973, « Sentiers »), Tranströmer inclut à son tour des traductions en suédois de poèmes de Bly. Les côtes de la mer Baltique, qui ravirent l'imagination de Tranströmer enfant, seront le décor d'Östersjöar (1974, « Baltiques »). Il publie ensuite Sanningbarriären (1978, « La Barrière de vérité »), Det vilda torget (1983, « La Place sauvage »), The Blue House = Det blå huset (1987, bilingue) et För levande och döda (1989, « Pour les vivants et les morts »).

En 1990, Tranströmer est lauréat du Neustadt International Prize pour la littérature. La même année, il est victime d'une attaque vasculaire cérébrale qui le laisse aphasique et partiellement paralysé. Il publiera néanmoins encore ses Mémoires, Minnena ser mig (1993, Les souvenirs m'observent), et deux autres recueils de poésie, Sorgegondolen (1996, « La Gondole chagrin »), inspiré de La Lugubre Gondole, qui appartient à la dernière période des œuvres pour piano de Franz Liszt, et Den stora gåtan (2004, La Grande Énigme : 45 haïkus). Un volume des œuvres complètes de Tranströmer, Dikter och prosa 1954-2004, sort également en 2011. Plusieurs anthologies proposent ses poèmes en français, traduits par le poète Jacques Outin : Baltiques et autres poèmes (1966-1989), publié par Le Castor Astral en 1989, Œuvres complètes (1954-1996), publié par Le Castor Astral en 1996 et Baltiques. Œuvres complètes 1954-2004, publié par Gallimard en 2004.

L'écriture simple et les images puissantes de Tranströmer ont fait de lui le poète scandinave le plus largement connu : il est traduit dans plus d'une cinquantaine de langues. En 2011, le prix Nobel de littérature vient récompenser l'universalité de son œuvre, distinguant « ses images denses et limpides qui donnent un nouvel accès au réel ».

Tomas Tranströmer meurt à Stockholm le 26 mars 2015.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : directeur de l'atelier d'écriture au Hunter College de la City University of New York (États-Unis)

Classification

Pour citer l’article

Steven R. SERAFIN, « TRANSTRÖMER TOMAS - (1931-2015) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tomas-transtromer/