OLSEN TILLIE (1913 env.-2007)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrivain américain, Tillie Oslen est connue pour ses œuvres de fiction qui s'attachent à décrire sous un angle inédit la vie des ouvriers pauvres, des femmes et des minorités.

Née de parents immigrants russes et juifs, Tillie Olsen, née Lerner le 14 janvier 1913 ( ?) à Omaha, dans le Nebraska, commence à travailler très jeune et conduit une activité tant syndicale que politique, qui la conduira à adhérer un court temps au parti communiste américain. Elle s'attelle à son premier roman à l'âge de dix-neuf ans, mais le laisse de côté pendant trente-cinq ans. Bien que cette œuvre demeure inachevée, Tillie Olsen, après en avoir donné un chapitre à la revue Partisan Review, finit par publier le manuscrit reconstitué sous le titre Yonnondio : From the Thirties en 1974. Elle y raconte l'histoire de la famille Holbrook, dont les membres, mineurs, fermiers ou encore ouvriers dans une usine de conditionnement de viande, se débattent pour survivre à la grande dépression, avant de céder au désespoir. L'ouvrage le plus connu de Tillie Olsen, Tell Me a Riddle : A Collection (1961, Dis-moi une devinette), est un recueil de trois nouvelles et d'un roman court, dont chacun est un chef-d'œuvre en son genre. Dans « Tell Me a Riddle », un vieux couple de juifs en continuelle polémique se rappelle, alors que la femme est atteinte d'un cancer incurable, sa jeunesse militante, les déceptions apportées par le mariage ainsi que les divers compromis que chacun a dû faire au fil des ans. La protagoniste de « I Stand Here Ironing » est une mère qui se rend compte qu'à cause de l'effet abrutissant de la pauvreté sa fille de dix-neuf ans ne parviendra jamais à la réalisation pleine et entière de soi-même. Par sa prose rythmée et métaphorique, Tillie Olsen donne la parole à des personnages – notamment des mères – qui n'arrivent pas à s'exprimer autrement ; ses récits saisissent tout le tragique de leur vie avec une clarté poignante.

Dans ses œuvres de maturité, Tillie Olsen aborde les thèmes et les problématiques féministes et se penche plus particulièrement sur les femmes de lettres. Outre une analyse des périodes d'interruption de leur activité créatrice qui ont marqué la vie de certains écrivains, Silences (1978) contient ainsi, entre autres, un long essai sur Rebecca Harding Davis, dont la carrière littéraire s'est interrompue après son mariage. En 1984, Tillie Olsen dirige la publication de l'ouvrage collectif Mother to Daughter, Daughter to Mother : Mothers on Mothering. Elle s'éteint le 1er janvier 2007 à Oakland, en Californie.

—  Universalis

Classification

Pour citer l’article

« OLSEN TILLIE (1913 env.-2007) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tillie-olsen/