TEGUCIGALPA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Capitale de la république du Honduras, Tegucigalpa est située sur des collines encerclées de montagnes, à près de 1 000 mètres d'altitude. Ancienne ville minière fondée en 1578 sur les versants du mont Picacho, Tegucigalpa, qui obtint le statut de ville en 1821, alterna dans le rôle de capitale avec Comayagua jusqu'en 1880. En 1938, la ville fusionna avec Comayaguela, située sur la rive opposée (sud) du río Choluteca, pour former le distrito central (« district central »).

L'activité industrielle, autrefois essentiellement destinée à la consommation locale, se développa dans les années 1970 à la suite de l'amélioration du réseau routier. La ville concentre la fabrication de textiles, la confection, l'industrie du tabac, du sucre, du bois, la métallurgie, l'industrie chimique, pneumatique et des machines agricoles. Un nombre grandissant de maquiladoras (usines d'assemblage étrangères) se sont implantées dans la métropole à la fin du xxe siècle. Les mines de la région extraient de l'argent, du plomb et du zinc. Le fret est acheminé par camion, depuis Puerto Cortés, sur la mer des Caraïbes, ou San Lorenzo, sur la côte Pacifique, via l'autoroute interocéanique. Celle-ci croise la route Panaméricaine qui traverse l'Amérique centrale, et plusieurs routes desservant les autres régions du pays rayonnent depuis Tegucigalpa. En revanche, elle est l'une des rares capitales au monde à n'être pas desservie par le chemin de fer et dépend en grande partie de l'aéroport international de Toncontín. En outre, la ville se trouve sur la trajectoire des cyclones ; en 1998, Mitch détruisit des milliers d'habitations, privant des dizaines de milliers de personnes de foyer, tandis que les principaux services locaux étaient gravement perturbés.

La croissance démographique de la ville (plus d'un million d'habitants en 2007) s'est accélérée dans les années 1990, ce qui a contribué aux pénuries d'eau et à l'augmentation du chômage et de la criminalité. À plusieurs reprises, l'armée a dû intervenir pour rétablir l'ordre. La pauvreté extrême est endémique et la délinquance est en hausse, notamment avec les maras, ces bandes de plusieurs dizaines de milliers de jeunes, liées aux trafics de drogue et d'armes.

—  Universalis

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  TEGUCIGALPA  » est également traité dans :

HONDURAS

  • Écrit par 
  • Noëlle DEMYK, 
  • David GARIBAY, 
  • Oruno D. LARA
  • , Universalis
  •  • 8 788 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Industrie minière et peuplement »  : […] L'exploitation des mines commença vers 1530 dans les centres de Trujillo, Gracias a Dios, San Pedro Sula et Comayagua. Une main-d'œuvre indigène capturée et soumise au travail forcé ( repartimiento ) était utilisée. Les exportations de métaux précieux atteignaient un niveau très appréciable dès 1539-1542. Le nombre des indigènes tributaires, qui s'élevait à 400 000 en 1524, d'après Girolamo Benzon […] Lire la suite

Les derniers événements

26-30 novembre 2017 Honduras. Élection présidentielle au résultat controversé.

Des milliers de partisans de l’opposition affrontent les forces antiémeutes à Tegucigalpa, la capitale. […] Lire la suite

5 novembre - 2 décembre 2009 Honduras. Élection de Porfirio Lobo à la présidence et sortie de la crise politique

Manuel Zelaya, réfugié à l'ambassade du Brésil à Tegucigalpa, réclame le report de l'élection présidentielle pour qu'elle puisse être « légitimée » dans le pays et à l'étranger. Le 29, à l'issue du scrutin, Porfirio Lobo, le candidat du Parti national (conservateur), remporte l'élection avec 55 p. 100 des voix, face à son rival, Elvin Santos, le candidat du Parti libéral – la formation de Manuel Zelaya et de Roberto Micheletti –, qui obtient 37 p. […] Lire la suite

30 octobre 2009 Honduras. Accord de sortie de crise

Sous la pression du sous-secrétaire d'État américain Thomas Shannon, les négociateurs du président de facto Roberto Micheletti et ceux du président déchu Manuel Zelaya signent un accord qui devrait mettre un terme à la crise politique survenue à la suite du coup d'État du 28 juin qui a contraint le président en exercice à l'exil; il est revenu en septembre à Tegucigalpa, où il est réfugié dans l'ambassade du Brésil. […] Lire la suite

21-27 septembre 2009 Honduras. Retour à Tegucigalpa du président déchu Manuel Zelaya

Le 21, le président déchu Manuel Zelaya, renversé par un coup d'État le 28 juin et expulsé du territoire, rentre clandestinement dans son pays et se réfugie à l'ambassade du Brésil à Tegucigalpa. Le président de facto Roberto Micheletti décrète le couvre-feu. Le 22, l'armée et la police répriment violemment les manifestations des partisans de Zelaya et donnent l'assaut à l'ambassade. […] Lire la suite

1er-24 juillet 2009 Honduras. Tentatives de conciliation après le coup d'État

Le 5, alors que le président renversé tente d'atterrir à Tegucigalpa, deux de ses partisans sont abattus par les militaires aux abords de l'aéroport. Empêché de rentrer dans son pays, Manuel Zelaya se réfugie dans un village nicaraguayen proche de la frontière, d'où il tente d'organiser la « résistance contre la dictature ». Alors que le gouvernement provisoire a suspendu les libertés constitutionnelles, les opposants dénoncent la répression violente des forces de l'ordre. […] Lire la suite

Pour citer l’article

« TEGUCIGALPA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tegucigalpa/