TAMURA RYOKO (1975- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Championne de judo japonaise née le 6 septembre 1975 à Fukuoka. S'il n'est pas rare que les judokas soient vénérés au Japon, il est moins fréquent qu'une femme possède le statut d'icône et de star, comme Ryoko Tamura : ainsi, elle est surnommée « Yawara Chan », du nom d'une héroïne de mangas, et la réception organisée à l'occasion de son mariage avec le joueur de base-ball Yoshimoto Tani en 2003 a été retransmise en direct à la télévision.

Ryoko Tamura se révèle en 1991, en obtenant, à quinze ans, la médaille de bronze lors des Championnats du monde dans la catégorie des moins de 48 kilos. En 1992, elle s'adjuge la médaille d'argent aux jeux Olympiques de Barcelone, battue en finale par la Française Cécile Nowak. En 1993, elle est sacrée championne du monde à Hamilton (Canada). Elle va réussir l'exploit de conquérir de nouveau ce titre à six reprises (1995, 1997, 1999, 2001, 2003, puis 2007). Grande favorite aux Jeux d'Atlanta en 1996, Ryoko Tamura connaît une immense déception : elle est battue en finale par la Nord-Coréenne Kye Sun-hi et songe à mettre un terme à sa carrière. Elle se ravise et en sera récompensée : elle devient championne olympique en 2000 à Sydney, en dominant la Russe Lioubov Brouletova en finale. En 2004 à Athènes, Ryoko Tamura conserve son titre olympique, grâce à une victoire en finale face à la Française Frédérique Jossinet. En 2008, aux jeux Olympiques de Pékin, battue en finale de tableau par la Roumaine Alina Alexandra Dumitru, qui remportera le titre, Ryoko Tamura n’obtient qu’une médaille de bronze. Ce résultat, qui comblerait nombre de concurrentes, constitue pour elle une déception. Il n’en demeure pas moins qu’elle possède le plus beau palmarès de l’histoire du judo féminin. Ryoko Tamura annonce sa retraite sportive à l’automne de 2010.

—  Pierre LAGRUE

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « TAMURA RYOKO (1975- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tamura/