• Mes Favoris
  • SAINT-PÉRIER SUZANNE RAYMONDE DE (1890-1978)

    Carte mentale

    Élargissez votre recherche dans Universalis

    Née dans une famille d'universitaires, Suzanne Raymonde François s'orienta essentiellement, dès ses études secondaires puis supérieures, vers les lettres, l'histoire et les arts. Infirmière au cours de la Première Guerre mondiale, elle rencontra le médecin-major Louis-René de Poilloüe, comte de Saint-Périer, qu'elle épousa peu après la fin des hostilités.

    Les qualités de naturaliste de René de Saint-Périer – il s'était d'abord consacré à la biologie – et celles d'artiste et d'historienne de son épouse expliquent l'intérêt privilégié que le couple porta à l'archéologie, et spécialement, sans négliger toutefois les vestiges de l'antiquité gallo-romaine, à la préhistoire. Ils étudièrent tout d'abord les grottes situées sur le territoire de la commune de Lespugue (Haute-Garonne) ; l'une d'elles, la grotte des Rideaux, leur livra en 1922 l'une des plus remarquables des statuettes féminines périgordiennes ; cette figurine, connue sous le nom de Vénus de Lespugue et dont la datation peut être estimée aux environs de 23000 avant J.-C., fut donnée par ses découvreurs au Muséum national d'histoire naturelle de Paris. Mais c'est dans la grotte d'Isturitz (Pyrénées-Atlantiques) qu'ils entreprirent, à partir de 1928, leurs fouilles majeures, fouilles que Suzanne de Saint-Périer, après la mort de son mari en 1950, poursuivit seule jusqu'en 1958. Cette vaste caverne, longue de plus de 120 mètres, avait déjà été explorée par plusieurs chercheurs, notamment par E. Passemard ; elle a livré les vestiges d'occupations humaines qui s'y sont succédé depuis le Moustérien jusqu'à l'Âge du fer, c'est-à-dire sur une période qui s'étend de 50000 avant J.-C. jusqu'au début de l'ère chrétienne. Menées avec une méthode exemplaire pour l'époque, les fouilles ont permis de réaliser d'importants progrès dans la définition et l'articulation des civilisations du Paléolithique supérieur ; celles des couches magdaléniennes ont livré une incomparable collection d'objets en pierre, en os, en bois de renne, certains ornés de très belles figurations humaines e [...]


    1  2  3  4  5
    pour nos abonnés,
    l’article se compose de 2 pages


    Écrit par :

    Classification

    Pour citer l’article

    Henri DELPORTE, « SAINT-PÉRIER SUZANNE RAYMONDE DE - (1890-1978) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/suzanne-raymonde-de-saint-perier/