SOHAG

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les églises du couvent Blanc (Deir el-Abiad) et du couvent Rouge (Deir el-Ahmar) s'élèvent, en lisière du désert Libyque, à 4,5 kilomètres à l'ouest de Sohag. Des bâtiments conventuels construits en briques crues, il ne reste pratiquement plus rien, mais les églises ont gardé la dénomination de Deir (couvent). Le Deir el-Abiad doit son nom aux gros blocs de calcaire (certains mesurent 2 m de long) qui ont servi à son édification, et dont un grand nombre provient de monuments pharaoniques. La première installation de moines en ce lieu remonte à saint Bigoul, oncle de Shenoute. À sa mort, vers 385, Shenoute devint higoumène. Un nouveau monastère fut alors construit vers 440, à 200 mètres au nord de l'ancien.

Les sources historiques du Deir el-Ahmar sont plus réduites. On sait qu'il fut fondé par Anba Bischaï, à la même époque, à 5 kilomètres au nord-ouest du Deir el-Abiad. Sa construction en briques cuites rouges, où seuls les angles et les portes sont en pierres taillées, lui a valu son nom.

Le Deir el-Abiad a subi de nombreuses restaurations au xiiie siècle et à la fin du xviiie. Les mamelouks y ont commis des dégâts importants vers 1812, tandis qu'ils incendiaient le Deir el-Ahmar. L'architecture des deux églises est, dans le plan général, tout à fait analogue. Il s'agit de basiliques à sanctuaire tréflé rentrant de 37 Œ 75 mètres (Deir el-Abiad) et de 23 Œ 44 mètres (Deir el-Ahmar). Elles sont entourées d'un haut mur d'enceinte d'environ 12 mètres qui en masque complètement l'intérieur à la manière des temples pharaoniques. Cette influence égyptienne est également présente dans la forme talutée des parois du Deir el-Abiad, dotées au nord, au sud et à l'est de gargouilles, souvenirs des temples d'époque romaine ; elle se note encore dans les corniches concaves des deux églises. Les façades sont scandées de deux rangées de fausses fenêtres rectangulaires au Deir el-Abiad, cintrées au Deir el-Ahmar.

Le couvent Blanc possédait six entrées, le couvent Rouge, deux. Ils ont une nef et deux bas-côtés avec retour au revers de la façade occidentale (19 et 4 colonnes pour l'u [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Marie-Hélène RUTSCHOWSCAYA, « SOHAG », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sohag/