SCALOGRAMME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La mesure des attitudes ne permet pas l'établissement d'échelles parfaites sur lesquelles les sujets questionnés se situeraient selon un ordre cardinal et hiérarchique ; de telles échelles unidimensionnelles ne peuvent avoir dans ce cas qu'un caractère purement théorique. Établi et mis au point par le psychologue américain Louis Guttman (1916-1987), le scalogramme propose cependant une méthode de mesure des attitudes qui consiste à interroger des sujets, puis à confronter les ensembles de réponses obtenues et les modèles théoriques les plus proches de ceux-ci, de telle sorte que la différence entre les deux, ou l'erreur, soit minimale. Le modèle finalement choisi est celui qui revient avec la plus grande fréquence. Cette hiérarchisation des réponses par un observateur extérieur est assez arbitraire. Mais le scalogramme permet aussi de mesurer le nombre total des erreurs commises et d'apprécier ainsi l'unidimensionnalité d'une échelle par le calcul d'un coefficient de reproductibilité.

—  Xavier ROZE

Écrit par :

  • : assistant à l'université de Rennes-II-Haute-Bretagne

Classification

Autres références

«  SCALOGRAMME  » est également traité dans :

ATTITUDE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON
  •  • 4 164 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Mesure des attitudes »  : […] Parce qu'elle implique l'idée de degré ou d'intensité, la notion d'attitude soulève un problème méthodologique important : celui de la détermination de cette intensité. On parle alors de la « mesure des attitudes ». À première vue, le problème prend l'allure d'un défi. Comment, en effet, mesurer ce qui, par définition, est inobservable et inobservé ? Là aussi, psychologues sociaux et sociologues b […] Lire la suite

Pour citer l’article

Xavier ROZE, « SCALOGRAMME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/scalogramme/