RUSSIEVue d'ensemble

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'hyperbole est d'usage dès qu'il s'agit de la Russie. La démesure y est montrée partout à l'œuvre, dans le territoire comme dans les passions individuelles et l'histoire collective. Au panthéon littéraire elle a légué des héros caractérisés par leurs excès, indolent Oblomov ou modèles exaltés de l'Homme révolté. Le flirt constant avec l'infini se dit jusque dans la conquête de l'espace : les Russes y dépêchent des cosmonautes quand d'autres se contentent d'y envoyer des astronautes.

« On ne peut pas comprendre la Russie par la voie de la raison ». Ces mots du poète Fiodor Tioutchev ont durablement verrouillé le dialogue. Pour justifier l'incapacité à rendre compte de modes de fonctionnement jugés irréductibles aux standards occidentaux, on invoque une « âme russe » et la Russie, cristallisant les fantasmes, fascine ou fait peur. Difficile de s'orienter dans une forêt de clichés...

Certains cependant, cherchant un soubassement matériel à cet « exotisme » russe, montrent comment l'histoire a été façonnée par le milieu naturel.

Il est en effet étroit le lien de l'homme russe à la nature, comme l'atteste la littérature nationale. La rudesse du climat aurait forgé le caractère des habitants de cet espace situé en grande part au nord du 50e parallèle. Le rythme agricole, avec sa longue léthargie hivernale suivie d'une période de travaux des champs aussi brève qu'intensive, aurait déterminé l'alternance de torpeur et d'exaltation, elle aussi abondamment illustrée par les écrivains russes. Par-delà ces représentations essentialistes, le climat – « le général hiver » – fut objectivement un allié précieux des Russes, que ce soit contre les troupes napoléoniennes ou nazies.

Le mode d'organisation sociale, avec la prééminence du collectif, qui traverse l'histoire tant russe que soviétique, est lui aussi ancré dans un environnement hostile qu'on ne peut domestiquer qu'en unissant les efforts de tous, et dans l'idée que la géographie, avec ses grandes plaines ouvertes qui font de l'espace russe un couloir d'invasion, impose une cohésion sans faille comme ligne de défense.

Pour la même raison, la Russie aurait été vouée à devenir un empire, particulier, sans métropole, construit, sans solution de continuité, au fil des siècles et de l'annexion des confins.

Le système de gouvernement à son tour, avec ces régimes politiques qui n'ont été guère plus tempérés que le climat, est expliqué par l'immensité du territoire qui, pour garder son unité, a besoin d'une poigne de fer, ou à tout le moins d'un pouvoir autocratique. On évoque souvent les figures terribles des souverains associés à des périodes de fermeture de cet espace (d'Ivan le Terrible à Staline) ; on ignore généralement les affres subies par la société quand c'est l'occidentalisation (de Pierre le Grand à Boris Eltsine) que visent ces révolutions par en haut, typiques du mode de gouverner russe.

Voilà la Russie constituée en monde à part. Le glissement de la spécificité vers la vocation particulière dans le monde se fait tout naturellement.

Dès la chute de Byzance, l'idée de Moscou « troisième Rome », capitale du monde chrétien, dépositaire de la vraie foi, a doté la Russie d'une mission sacrée à laquelle elle ne pouvait se dérober sans se trahir. L'image du peuple russe christophore (porteur du Christ), souffrant pour l'humanité, connaît aussi une version laïcisée, qui injecte un souffle épique dans l'histoire nationale : la Russie s'est sacrifiée pour constituer un rempart contre la barbarie, qu'elle soit mongole ou nazie.

À leur tour, les bolcheviks ont voulu faire du peuple soviéto-russe l'avant-garde montrant au monde le chemin de l'avenir radieux : les racines religieuses de cette vision idéocratique ont été montrées.

Au sein de la société russe, un groupe s'est doté lui aussi d'une mission : l'intelligentsia s'est mise au service de la pravda, notion qui associe la vérité et la justice, elle s'est intronisée créatrice de valeurs morales et guide. La littérature s'est ouverte à la quête philosophique, le « poète est (devenu) plus que poète », pour paraphraser Evgueni Evtouchenko. Le pouvoir soviétique ne pouvait que s'appliquer à transformer les belles-lettres en institution d'État. Certains y voient une malfaisance ; d'autres un aboutissement logique. Le messianisme n'est pas sans revers.

À côté de ces troublantes continuités, qui vont d'ailleurs de pair avec une illusion perpétuelle de temps nouveaux, l'histoire russe est travaillée par des tensions et des ambivalences. La nature [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur en civilisation russe à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  RUSSIE  » est également traité dans :

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Pascal MARCHAND
  •  • 8 556 mots
  •  • 11 médias

En 1985, Mikhaïl Gorbatchev engageait l'U.R.S.S. dans la perestroïka, nouvelle politique qui se transforma bien vite en séisme géopolitique pour le continent européen.Après l'effondrement des démocraties populaires en 1989, l'implosion de l'U.R.S.S. en 1991 laissait la place à quinze républiqu […] Lire la suite

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE, 
  • Roger PORTAL
  •  • 20 260 mots
  •  • 27 médias

L'histoire de la Russie est celle de la formation d'un vaste empire qui, du xe au xxe siècle, s'est peu à peu étendu, à partir des plaines de l'Europe orientale aux rives du Pacifique et aux montagnes d'Asie centrale. Le mot « Russie » désigne un domaine où se sont rassemblés des peuples divers, en grosse […] Lire la suite

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - La Fédération de Russie

  • Écrit par 
  • Myriam DÉSERT
  •  • 14 323 mots
  •  • 8 médias

La Fédération russe naît en 1991 avec la disparition de l'URSS. Elle doit alors s'inventer comme État-nation, qui plus est multiethnique, tâche d'autant plus ardue que le pays a été tout au long de son histoire à la tête d'un empire et que sa population vient de subir, avec la perestroïka, un traumatisme identitaire, la sensation d'être une superpuissance déchue venant s'ajouter à la perte des rep […] Lire la suite

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Économie

  • Écrit par 
  • Julien VERCUEIL
  •  • 5 353 mots
  •  • 6 médias

L’histoire de l’économie russe à partir de la disparition de l’URSS en 1991 est symptomatique des enjeux de la « transition » qu’a connue toute l’Europe de l’Est à la fin du xxe siècle et au début du xxie : le passage d’un système économique de type soviétique à un système de type capitaliste. Les grandes […] Lire la suite

RUSSIE (Arts et culture) - L'art russe

  • Écrit par 
  • Michel ALPATOV, 
  • Olga MEDVEDKOVA, 
  • Cécile PICHON-BONIN, 
  • Andreï TOLSTOÏ
  •  • 18 903 mots
  •  • 22 médias

Par art russe ancien les historiens de l'art désignent la période d'activité artistique qui débute en Russie par l'adoption du christianisme, en l'an 988, et se poursuit jusqu'à la réforme de Pierre le Grand, au début du xviiie siècle, moment où l'art religieux d'inspiration byzantine est remplacé par un art profane qui participera à tous les grands c […] Lire la suite

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 104 mots
  •  • 7 médias

Produit d'une société dont l'histoire est caractérisée par une suite de ruptures brutales, la littérature russe est née de la première de ces ruptures, celle qui, dans les dernières années du premier millénaire, fait de la Russie païenne évangélisée par Byzance l'un des grands États de la chrétienté médiévale. Une seconde rupture, provoquée à l'aube du xviii […] Lire la suite

RUSSIE (Arts et culture) - Le théâtre

  • Écrit par 
  • Béatrice PICON-VALLIN, 
  • Nicole ZAND
  •  • 8 636 mots

L'année 1898 est une des grandes dates de l'histoire du théâtre européen. Elle marque la fondation du Théâtre d'art de Moscou, en réaction contre l'académisme, le vedettariat, le bas niveau du répertoire et le caractère commercial de la scène russe de l'époque. C'est sur les planches du Théâtre d'art que se produit la rencontre des deux figur […] Lire la suite

RUSSIE (Arts et culture) - La musique

  • Écrit par 
  • Michel-Rostislav HOFMANN
  •  • 3 034 mots
  •  • 4 médias

« C'est le peuple qui crée la musique, et nous sommes des « arrangeurs » à son service », déclarait Glinka qui, même s'il eut quelques précurseurs, tel A. Verstovski, fut bel et bien le « père » de la musique russe, le fondateur d'une école nationale, durant la première moitié du xixe siècle. Et Glinka écrit enc […] Lire la suite

RUSSE CINÉMA

  • Écrit par 
  • Bernard EISENSCHITZ
  •  • 10 172 mots
  •  • 6 médias

Le cinéma soviétique naît officiellement du décret de nationalisation signé par Lénine le 27 août 1919. Pendant soixante-dix ans, ce cinéma va être affaire d'État, pour le meilleur et pour le pire. Pour le meilleur : par l'indifférence à peu près constante aux questions de rentabilité, qui en fait un cas unique, ouvert à de très nombreuses expérimentations. P […] Lire la suite

Les derniers événements

5-31 décembre 2016 Syrie. Reconquête d'Alep par les forces du régime.

Le 31, le Conseil de sécurité de l’ONU adopte à l’unanimité la résolution 2336 présentée par Moscou et Ankara, qui « salue et appuie les efforts de la Russie et de la Turquie pour mettre fin à la violence en Syrie et lancer un processus politique ». Mais, à la demande de Paris et de Washington, il se réfère dans le même temps à « toutes les résolutions » des Nations unies sur la Syrie, notamment la résolution 2254 de décembre 2015 relative à des négociations sous l’égide de l’ONU en vue d’une transition politique à Damas. […] Lire la suite

11-28 septembre 2001 États-Unis. Attentats terroristes contre le World Trade Center et le Pentagone

Des mesures de sécurité exceptionnelles sont préventivement adoptées par de nombreux pays, en vue notamment de protéger les intérêts américains sur leur territoire. Le 12, le président Bush qualifie les attentats d'« actes de guerre » et promet un « combat monumental du Bien contre le Mal ». De son côté, le secrétaire d'État Colin Powell annonce la volonté de son pays de « construire une coalition contre toutes les formes de terrorisme » à laquelle la Russie, notamment, se dit prête à participer. […] Lire la suite

1er-19 novembre 1999 Russie. Poursuite des combats en Tchétchénie

Le 1er, les soldats russes, engagés en Tchétchénie depuis septembre en vue d'éliminer les « terroristes » islamistes, rouvrent la frontière avec l'Ingouchie voisine, fermée depuis une semaine, vers laquelle convergent des dizaines de milliers de civils fuyant les bombardements et les combats. Le 4, le ministre de la Défense, Igor Sergueïev, déclare, pour la première fois depuis le début de l'offensive russe, que l'intention de Moscou est de reprendre le contrôle de l'ensemble du territoire de la République indépendantiste. […] Lire la suite

2-30 janvier 1995 Russie. Résistance des séparatistes tchétchènes face à l'offensive de Moscou

Le 5, l'Union européenne annonce le report de la signature de l'accord de partenariat commercial avec la Russie tandis que l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (O.S.C.E.) – qui remplace la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (C.S.C.E.) et dont la Russie était membre – exige de Moscou l'ouverture de consultations au sujet de la crise tchétchène. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Myriam DÉSERT, « RUSSIE - Vue d'ensemble », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-vue-d-ensemble/