WALKOWIAK ROGER (1927-2017)

Il est des expressions qui font florès dans le langage des journalistes sportifs. Ainsi, « un Tour à la Walkowiak » désigne une édition de la Grande Boucle sans leader indiscutable, lors de laquelle un coup « tordu », une échappée fleuve permettant à des seconds rôles de s'assurer une confortable avance par exemple, condamne les favoris.

Ainsi, en 1956, Louison Bobet, triple vainqueur, étant absent de la compétition, il est difficile de désigner un favori. Personne ne songe à Roger Walkowiak, modeste pensionnaire de la formation Centre-Nord-Est, né le 2 mars 1927 à Montluçon (Allier). Or celui-ci se glisse dans une échappée, entre Lorient et Angers, qui relègue le peloton à plus de 18 minutes. Dans les Pyrénées, la logique semblait avoir repris ses droits. Le Belge Jan Adriaenssens et le nouveau leader de l'équipe de France, Gilbert Bauvin, devaient se disputer la victoire. Mais, dans les Alpes, Roger Walkowiak sera le seul à tenter de suivre Charly Gaul. Se découvrant de nouvelles ambitions, Walkowiak va résister jusqu'à Paris et remporter le Tour, devançant Bauvin d'une petite minute.

Roger Walkowiak est décédé le 6 février 2017, à l’âge de quatre-vingt-neuf ans.

—  Pierre LAGRUE, Universalis

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « WALKOWIAK ROGER - (1927-2017) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/roger-walkowiak/