ROCHESVue d'ensemble

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dures et cohérentes, parfois plastiques comme l'argile ou meubles comme le sable, les roches sont les matériaux constitutifs de l'écorce terrestre ; elles sont constituées en général d'un assemblage de minéraux. Certaines, dites exogènes, se forment à la surface de la lithosphère ; d'autres, dites endogènes, cristallisent au moins en partie à l'intérieur du globe à des températures et des pressions différentes de celles qui règnent à la surface de celui-ci. Il s'ensuit une classification, permettant de distinguer facilement un calcaire d'un granite.

Le temps géologique, dont l'unité se chiffre en millions d'années, et les processus géologiques remodèlent sans cesse l'écorce terrestre. Cette dernière est loin d'être stable, et les roches que nous observons aujourd'hui ont maintes fois changé de nature, leur état actuel reflétant donc cet acte de transformation qu'est le cycle des roches.

Au xviiie siècle, le géologue écossais James Hutton est l'un des premiers à penser que la Terre passe ainsi par des cycles répétitifs. Opposé à l'idée selon laquelle le sol serait une superposition de strates résultant des dépôts sédimentaires d'un océan universel (neptunisme) et que seuls des troubles majeurs peuvent changer la formation de base de la Terre (catastrophisme), il comprend que les montagnes subissent l'érosion, donnant ainsi des sédiments qui sont transportés et déposés au fond des mers. Il imagine que, sous l'effet d'un feu central, ces sédiments y fondent en magma et se recristallisent. Ces couches nouvellement formées sont soulevées et donnent les montagnes, une nouvelle terre ferme, qui subiront un nouveau cycle. Dans Theory of the Earth (1788-1795), Hutton expose ses idées (doctrine plutoniste), indique que les terrains « primitifs » (terrains les plus anciens connus en un lieu) sont de tout âge et établit que le granite est d'origine magmatique et non sédimentaire.

La classification des roches est complexe et relève d'une spécialité appelée la pétrographie. Pour la simplicité du propos, nous distinguerons les trois principaux types de roches : les roches sédimentaires, qui résultent de l'accumulation d'éléments (fragments minéraux ou rocheux, débris coquilliers...), ou de précipitations à partir de solutions (roches biogènes et/ou physico-chimiques) ; les roches métamorphiques, comme les schistes, qui se forment en profondeur, par recristallisation ; les roches magmatiques qui résultent de la solidification des magmas, que ces derniers cristallisent en profondeur, au sein de la lithosphère, pour donner une roche granulaire tel le granite (roches plutoniques) ou qu'ils jaillissent à la surface terrestre, puis se solidifient après effusion (laves...), ou encore par éjection pyroclastique (lapilli, ignimbrites...).

La surface de la Terre est constituée de roches d'origines différentes, mais celles-ci ont pourtant toutes une origine commune : au cours de leur histoire, elles subissent des transformations, les matériaux qui les composent étant recyclés pour former de nouvelles roches. On peut sommairement attribuer deux principaux facteurs à ce recyclage : l'un que l'on appellera processus météophysicochimique ; l'autre – lié au premier, mais très variable –, le temps, en tant que durée de ce processus.

Les processus météophysicochimiques font appel à trois aspects de la transformation pétrologique : l'érosion et la sédimentation ; l'enfouissement et la recristallisation ; la fusion et la recristallisation.

On peut faire un parallèle avec la transformation des états de la matière : ainsi, l'eau (H2O) peut être solide, liquide ou gazeuse selon les conditions météorologiques, de température ou de pression.

Toutes les roches présentes à la surface de la Terre sont attaquées par le ruissellement de l'eau, par le gel et le dégel répétés et par le vent. C'est l'érosion. Elle use les terrains et dissocie les roches en particules – les sédiments – qui sont alors transportées. En se déposant, elles forment des roches sédimentaires (sédimentation). De même, les roches métamorphiques ou magmatiques, formées en profondeur se transforment, une fois exhumées, en roches sédimentaires ; ces dernières pouvant elles-mêmes se recomposer en un autre type de roches sédimentaires.

Le jeu de la tectonique – en zone de subduction des plaques, de la subsidence, de chevauchements lithosphériques – fait intervenir essentiellement les deux grandeurs physiques que sont la pression (P) et la température (T). Lors de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : docteur en sciences de la Terre, concepteur de la collection La Science au présent à la demande et sous la direction d'Encyclopædia Universalis, rédacteur en chef de 1997 à 2015

Classification

Autres références

«  ROCHES  » est également traité dans :

ROCHES (Formation) - Pétrologie

  • Écrit par 
  • Maurice LELUBRE, 
  • Alain WEISBROD
  •  • 5 576 mots
  •  • 5 médias

La science des roches comporte deux aspects complémentaires :– leur interprétation, c'est-à-dire la recherche de règles et de lois qui rendent compte de leurs caractères, de leur répartition et, en définitive, de leurs conditions de genèse et évolution : c'est l'objet de la pétrologie ;– leur description, c'est-à-dire l'analyse de leurs caractères de tous ordres, observables da […] Lire la suite

ROCHES (Formation) - Érosion et sédimentation

  • Écrit par 
  • Roger COQUE, 
  • André JAUZEIN
  •  • 7 043 mots
  •  • 9 médias

L'histoire des continents résulte d'une évolution où interfèrent des forces internes nées de déséquilibres crustaux et des forces externes qui détruisent les constructions orogéniques édifiées par les premières. Tous les reliefs ne sont que des états transitoires de cette évolution. Actuellement, le globe constitue un système clos, pour l'essentiel, et la conservation de la matière implique que la […] Lire la suite

ROCHES (Formation) - Diagenèse

  • Écrit par 
  • André JAUZEIN
  •  • 2 024 mots
  •  • 4 médias

Le terme « diagenèse » a été introduit, en 1868, par von Guembel pour désigner les processus qui agissent sur les sédiments après leur dépôt, mais cette définition est trop vague et mérite d'être précisée.Actuellement, ce terme est utilisé par les auteurs dans des acceptions très variables. C'est ainsi que N. M. Strakhov définit la diagenèse comme la transformation d'un sédiment en roche sédimenta […] Lire la suite

ROCHES (Formation) - Anatexie

  • Écrit par 
  • Gérard GUITARD
  •  • 1 830 mots
  •  • 2 médias

L'anatexie (du mot grec anatèxis qui signifie fusion) est le processus par lequel les roches métamorphiques fondent totalement ou partiellement. La notion de l'anatexie différentielle a été introduite par Eskola (1933) : pour une température suffisante, la fusion des roches est sélective et dépend surtout de la composition chimique des matériaux métamorphiques. Depuis 1957, l'« […] Lire la suite

ROCHES (Classification) - Roches sédimentaires

  • Écrit par 
  • André JAUZEIN
  •  • 4 545 mots
  •  • 5 médias

Les roches sédimentaires sont des objets qui se forment ou se sont formés au voisinage de la surface de la lithosphère par transformation des sédiments qui s'y sont déposés : produits d'altération, composés d'origine biochimique ou matériel volcanique (pyroclastites). Le concept de roche sédimentaire reste donc assez vague, dans la mesure où il est impossible de fixer aux phénomènes en jeu des li […] Lire la suite

ROCHES (Classification) - Roches magmatiques

  • Écrit par 
  • Maurice LELUBRE
  •  • 7 495 mots
  •  • 6 médias

Les roches magmatiques sont des roches endogènes, c'est-à-dire ayant pris naissance à l'intérieur de la Terre. Les unes sont issues de matières fondues, ou « magmas », qui ont fait éruption à la surface : ce sont les roches volcaniques. Les autres se sont formées en profondeur et n'apparaissent que par le jeu des déformations de l'écorce et de l'érosion : ce sont les […] Lire la suite

ROCHES (Classification) - Roches métamorphiques

  • Écrit par 
  • Gérard GUITARD
  •  • 4 373 mots
  •  • 8 médias

Héritières d'une très grande diversité de textures et de compositions chimico-minéralogiques, les roches métamorphiques (C. Lyell, 1833) offrent à leur tour une telle variété d'associations minérales et de textures que, dès le début de leur étude, les essais de classification suivant les méthodes proprement naturalistes n'ont pu aboutir. Le principe d'une classification systématique faisant appel […] Lire la suite

ROCHES (Déformations) - Structurologie

  • Écrit par 
  • Jacques MARRE, 
  • José PONS
  •  • 3 943 mots
  •  • 4 médias

La structurologie est la science des structures, autrement dit de l'arrangement des différentes parties constituant un ensemble. Les procédés d'analyse qui s'y attachent sont naturellement utilisés dans un certain nombre de disciplines (métallographie, biologie, par exemple), mais ils ne sont envisagés ici que dans le cadre de la recherche géologique, dont ils forment une partie importante. La str […] Lire la suite

ROCHES (Déformations) - Failles

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Roger COQUE, 
  • Universalis
  •  • 4 496 mots
  •  • 12 médias

Les failles sont des accidents tectoniques, autrement dit des déformations de l'écorce terrestre consécutives à des mouvements de celle-ci. Ces cassures sont responsables de certains de ses aspects les plus marquants, tant dans le domaine des chaînes de montagnes, à la constitution desquelles elles concourent soit seules soit associées aux autres accidents (plis, charriages), que dans celui des ai […] Lire la suite

ROCHES (Déformations) - Plis

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN
  •  • 3 049 mots
  •  • 15 médias

Les plis sont des accidents tectoniques, c'est-à-dire des déformations affectant la croûte terrestre. À moyenne échelle, ils sont souvent plus directement apparents – et plus diversifiés dans leur forme – que les failles, les chevauchements et les charriages ; aussi sont-ils plus connus, à tel point que l'on parle généralement de « chaînes plissées » pour désigner les chaînes de montagnes, dont il […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yves GAUTIER, « ROCHES - Vue d'ensemble », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/roches-vue-d-ensemble/