RAYONNEMENT COSMIQUEVue d'ensemble

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Soleil et les étoiles rayonnent : ils émettent quelque chose qui nous parvient et que nous pouvons détecter. Dans le langage commun, le rayonnement concerne la plupart du temps la chaleur ou la lumière. Pour le physicien, c'est un peu différent. De son point de vue, la chaleur se « propage » de trois manières : si la conduction est véritablement un transfert de chaleur, la convection est un mouvement de matière chaude ; quant au rayonnement, proprement dit, il s'agit ici de rayonnement infrarouge émis par l'objet chaud, qui fait office de « radiateur ». La matière (les molécules) dont nous sommes faits absorbe le rayonnement infrarouge et transforme son énergie en chaleur : l'effet est bien, ici encore, un réchauffement. Le rayonnement infrarouge est aussi la cause de l'effet de serre, et, par ce biais, de la croissance des tomates comme du réchauffement global de la Terre.

Le rayonnement infrarouge est un cas particulier de rayonnement électromagnétique. La lumière (visible) en est un autre, qui se distingue du précédent par sa longueur d'onde plus courte. De manière générale, un rayonnement est caractérisé (outre son type, ici électromagnétique) par sa vitesse de propagation v et sa fréquence n. S'en déduisent sa période T = 1 / n et sa longueur d'onde λ = v / n. Tous les rayonnements électromagnétiques ont la même vitesse de propagation c, vitesse de la lumière dans le vide. Par longueur d'onde décroissante, on trouve les ondes radio (dont les qualificatifs kilométrique, centimétrique, millimétrique... indiquent le domaine de longueur d'onde), l'infrarouge (entre le micromètre et le millimètre), le visible (quelques dixièmes de micromètres), l'ultraviolet, les rayons X et les rayons gamma. Tous les astres de l'Univers sont reconnus par le rayonnement électromagnétique, d'un type ou d'un autre, qu'ils émettent et que les astronomes recueillent.

La vitesse c, de la lumière et de tous les rayonnements électromagnétiques, est une vitesse invariable et infranchissable. S'il est permis aux « particules » – ou plutôt aux « quanta » – de rayonnement électromagnétique, appelées photons, de se déplacer aussi rapidement, c'est parce que leurs masses au repos sont nulles.

Les physiciens reconnaissent d'autres types de rayonnements. Certaines caractéristiques des ondes gravitationnelles rappellent celles du rayonnement électromagnétique : elles se propagent également à la vitesse c. S'ils n'en ont encore jamais enregistré, les physiciens et les astrophysiciens s'y intéressent beaucoup : des dispositifs devraient bientôt permettre de les détecter. Seuls des phénomènes astronomiques très rares et très violents (rencontres entre étoiles compactes, explosions d'étoiles, phénomènes de l'Univers primordial) sont capables d'émettre de tels rayonnements. Les astronomes pratiqueront peut-être bientôt une astronomie des ondes gravitationnelles qui leur livrera des secrets nouveaux sur la constitution du monde.

Les neutrinos constituent une autre forme de rayonnement, très difficile à détecter. Ces particules ressemblent aux photons, mais on pense aujourd'hui que leurs masses, très faibles, ne sont pas rigoureusement nulles. Bien qu'ils ne se propagent pas tout à fait à la vitesse c, mais un peu moins rapidement, on les considère comme du rayonnement. La plupart des étoiles émettent de grandes quantités de neutrinos qui restent en général indétectables. Seules exceptions, ceux du Soleil – dont nous enregistrons un faible pourcentage, chargé cependant d'une très précieuse information sur les processus internes à notre étoile – et la détection de quelques-uns des neutrinos émis par l'explosion de la supernova de 1977, qui a véritablement consacré le début de l'astronomie des neutrinos.

Il faut enfin citer les rayons cosmiques, qui sont essentiellement des particules (électrons, protons...) nous parvenant de la voûte céleste. La plupart proviennent du Soleil, mais une partie d'entre eux arrivent de beaucoup plus loin dans la Galaxie, probablement émis lors d'explosions de supernovae lointaines, sur lesquelles ils fournissent d'importantes informations.

C'est parce qu'elle émet de la lumière que nous voyons une étoile. Chacune des milliers d'étoiles visibles à l'œil nu en émet suffisamment pour que les photons viennent frapper notre rétine. Une lunette (ou un télescope) en recueille un plus grand nombre, qu'elle concentre, à la manière d'un entonnoir, sur notre rétine. Si l'on remplace cet [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  RAYONNEMENT COSMIQUE  » est également traité dans :

RAYONNEMENT COSMIQUE - Rayons cosmiques

  • Écrit par 
  • Lydie KOCH-MIRAMOND, 
  • Bernard PIRE
  •  • 6 241 mots
  •  • 8 médias

Les rayons cosmiques sont des noyaux atomiques et des particules élémentaires qui voyagent dans l'espace à des vitesses voisines de celle de la lumière. Certains d'entre eux s'approchent suffisamment de la Terre pour être détectés par des instruments placés dans des satellites en orbite terrestre ou dans des sondes spatiales. D'autres pénètrent dans l'atmosp […] Lire la suite

RAYONNEMENT COSMIQUE - Rayons X cosmiques

  • Écrit par 
  • Monique ARNAUD, 
  • Robert ROCCHIA, 
  • Robert ROTHENFLUG
  •  • 6 550 mots
  •  • 10 médias

Opaque aux rayons X, l'atmosphère terrestre empêche l'observation des photons X extraterrestres depuis le sol. La date de naissance de l'astronomie des rayons X peut être située le 18 juin 1962, lorsqu'un détecteur sensible à ce type de rayonnement, placé à bord d'une fusée-sonde de la N.A.S.A., découvrait l'existence d'une source X située hors du système […] Lire la suite

RAYONNEMENT COSMIQUE - Rayons gamma cosmiques

  • Écrit par 
  • François LEBRUN, 
  • Robert MOCHKOVITCH, 
  • Jacques PAUL
  •  • 8 032 mots
  •  • 3 médias

Les rayons gamma cosmiques, photons les plus énergétiques du rayonnement électromagnétique, signent les événements les plus violents de l'Univers. Bloqués par les hautes couches de l'atmosphère terrestre, ils sont détectés presque exclusivement à bord de véhicules spatiaux. L'astronomie des rayons gamma couvre un im […] Lire la suite

ONDES GRAVITATIONNELLES

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 6 834 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Détection directe d’ondes gravitationnelles »  : […] Une onde sonore modifie la pression de l’air, ce qui peut faire vibrer le tympan d’un spectateur ; une onde électromagnétique fait apparaître ou modifie le champ électromagnétique présent à un endroit, ce qui peut mettre en mouvement des charges électriques dans une antenne ; une onde gravitationnelle fait varier la métrique de l’espace-temps et donc modifie les distances. Cette onde balaie l’esp […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marc LACHIÈZE-REY, « RAYONNEMENT COSMIQUE - Vue d'ensemble », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rayonnement-cosmique-vue-d-ensemble/