Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GOSLING RAYMOND (1926-2015)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par
Raymond Gosling - crédits : King's College London Archives/ Science Photo Library/ AKG-images

Raymond Gosling

Le biophysicien britannique Raymond G. Gosling fut le cinquième personnage dans la découverte de la double hélice de l’ADN en 1953. Étudiant en thèse de physique à l’époque au King’s College de Londres, on lui doit les photographies de diffraction des rayons X par des fibres d’ADN qui permirent à Francis Crick et James Watson, et à Maurice Wilkins, un peu à l’écart, de déterminer la structure en double hélice de l’ADN. C’est bien involontairement qu’il s’est trouvé au sein d’un imbroglio relationnel dans le laboratoire de Wilkins impliquant les membres déjà nommés et Rosalind Franklin, juste arrivée de France, et dont Gosling était l’étudiant.

Né le 15 juillet 1926 à Wembley, Raymond Gosling reçoit en 1947 un diplôme de physique de l’University College de Londres. En 1950, il entre au laboratoire de recherche de Maurice Wilkins au King’s College de Londres en tant que graduatestudent. Il travaille sous la supervision directe de Wilkins jusqu’à l’arrivée, en 1951, de Rosalind Franklin, qui a rejoint le laboratoire en tant qu’experte de la cristallographie de l’ADN. Il en devient l’assistant. La première tâche de Gosling consiste à perfectionner les techniques de diffraction des rayons X développées par Franklin et à photographier la structure interne des filaments d’ADN. En 1952, il réalise le cliché historique connu sous le nom de « Photo 51 ». Étudiant de Franklin, il partage ce cliché avec Crick et Watson, engagés dans des recherches parallèles à l’université de Cambridge. Crick et Watson trouvent immédiatement dans cette image la confirmation de leur théorie sur l’existence de la double hélice. Gosling écrit en collaboration avec Franklin un article corroborant cette découverte, publié dans le magazine scientifique Nature en avril 1953, en même temps qu’un article de Crick et Watson sur leur modèle hélicoïdal de l’ADN. Gosling achève son doctorat en 1954 sous la direction de Franklin, qui a quitté le King’s College pour le Birkbeck College de Londres l’année précédente. Gosling est un acteur essentiel de la double hélice, mais il s’efface de lui-même de la scène.

Après sa thèse, Gosling enseigne la physique à l’université de St. Andrews, en Écosse, et à l’université des Indes-Occidentales, à la Jamaïque. Il retourne à Londres pour enseigner à l’École de médecine du Guy’s Hospital – cinq ans après que Crick, Watson et Wilkins ont reçu le prix Nobel de physiologie ou médecine (Franklin est décédée en 1958). Depuis, ses travaux ont porté surtout sur des questions d’élasticité des vaisseaux, ce qui a permis de réaliser de nombreuses avancées en physiologie vasculaire et sur les appareils à effet Doppler pour l’étude de la circulation sanguine.

En 1984, il est nommé professeur émérite en physique appliquée à la médecine au Guy’s, titre qu’il conserve jusqu’à sa mort, survenue le 18 mai 2015, à Londres.

—  ENCYCLOPÆDIA UNIVERSALIS

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Encyclopædia Universalis. GOSLING RAYMOND (1926-2015) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 04/01/2016

Média

Raymond Gosling - crédits : King's College London Archives/ Science Photo Library/ AKG-images

Raymond Gosling

Autres références

  • FRANKLIN ROSALIND ELSIE (1920-1958)

    • Écrit par
    • 963 mots

    Scientifique britannique née à Londres le 25 juillet 1920 et décédée le 16 avril 1958 en cette même ville.

    La courte carrière scientifique de Rosalind Franklin ne se lit pas seulement dans sa remarquable contribution à l'application d'une technique physique – la diffraction des rayons X – pour...