RAVACHOL FRANÇOIS CLAUDIUS KŒNIGSTEIN dit (1859-1892)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De son vrai nom Kœnigstein, Ravachol naît dans une famille ouvrière de Saint-Chamond. La misère et les désaccords familiaux entraînent le père, hollandais d'origine, à abandonner le foyer, et à l'âge de huit ans Ravachol est « placé » à la campagne pendant la belle saison ; l'hiver, il retourne à l'école. Après quelques années d'apprentissage, il devient ouvrier teinturier ; à dix-huit ans, il lit Le Juif errant d'Eugène Sue, qui lui révèle la « conduite odieuse des prêtres ». Il « perd complètement les idées religieuses » après avoir assisté à des conférences faites dans la région par des militants socialistes et il s'inscrit à un cercle d'études. Mais très vite l'anarchie lui paraît un moyen plus radical de satisfaire son désir de changement social ; il fréquente aussi les cours du soir, particulièrement les cours de chimie. Chassé de divers emplois, ayant ses frères et sœurs à charge, il est accordéoniste dans les bals, tout en se livrant à la contrebande des alcools, au faux-monnayage et au cambriolage. Le mouvement anarchiste d'alors prône la « propagande par le fait » et loue la « reprise individuelle », c'est-à-dire le vol. Ravachol tente de cambrioler un vieil ermite, enrichi par des années d'aumônes. Surpris par sa victime, il tue le vieillard. Arrêté peu après, il s'échappe, mais son évasion est si facile que certains compagnons anarchistes voient en lui un provocateur.

Sous le pseudonyme de Léon Léger, Ravachol se cache dans la banlieue parisienne ; les milieux anarchistes sont alors agités par la condamnation sévère de deux des leurs : Ravachol organise un vol de dynamite dans une carrière puis, le 11 mars 1892, va déposer sa bombe chez le conseiller Benoît, responsable de la sévérité des peines. L'immeuble est détruit, mais le conseiller en sort indemne. Le 27 mars, Ravachol récidive, chez le substitut Bulot cette fois : « J'ai voulu faire comprendre à tous ceux qui ont à appliquer des peines qu'il fallait à l'avenir qu'ils soient plus doux », expliquer [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Paul CLAUDEL, « RAVACHOL FRANÇOIS CLAUDIUS KŒNIGSTEIN dit (1859-1892) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ravachol/