RADEAU, biogéographie

Objet flottant d'origine naturelle (bloc de glace ou enchevêtrement de végétaux) capable d'assurer la dissémination d'espèces animales ou végétales à travers les océans, d'un continent à l'autre, et pouvant contribuer au peuplement des îles océaniques. Les glaces flottantes des mers arctiques transportent souvent des animaux polaires, tels les ours blancs, les caribous, les renards polaires, et c'est de cette manière qu'ont été peuplés les archipels arctiques.

Des radeaux végétaux se forment le long des rivages océaniques et sur les fleuves, en particulier à l'occasion des crues, qui arrachent des pans entiers des berges du cours d'eau et entraînent vers la mer tout un enchevêtrement d'arbres dans lequel peuvent être piégés de nombreux animaux.

Ce transport sur les fleuves est, pour les petits animaux, le mode de dispersion passive le plus important ; parfois entraînés jusqu'à la haute mer, ils peuvent, dans des conditions favorables, être déposés sur des îles et des rivages éloignés. De tels radeaux ne nécessitent pas de grands fleuves ; ils peuvent se former partout où des lacs peu profonds ou des marais ont un débouché vers la mer, par exemple au voisinage des grands deltas (Mississippi, Nil, Danube...).

Les radeaux peuvent être de grande taille : on a observé dans l'Atlantique un radeau d'une dizaine de mètres carrés, formé par de grands arbres rassemblés par les racines de plantes vivantes ; il était parti d'Amérique du Nord et avait dérivé sur au moins 1 000 kilomètres. La direction du transport dépend des courants océaniques.

L'île de Madagascar est située à une certaine distance du continent africain, mais certaines espèces auraient réussi à l'atteindre, transportées par des radeaux formés sur le puissant fleuve Zambèze ; ces arrivées se seraient produites à diverses époques et, surtout, lorsque le canal de Mozambique était de taille plus réduite, en particulier au cours de glaciations ; cela expliquerait le peuplement particulier de la Grande Île.

De même, beaucoup d'espèces auraient été introduites dans les îles Galápagos par des courants marins venant l'un de Panamá, l'autre du Pérou.

Enfin, le flottage des végétaux eux-mêmes est un mécanisme de dissémination très efficace de nombreuses espèces végétales : on a recueilli dans le Pacifique, aux îles Fidji, à Tahiti et à Hawaii de nombreuses espèces indo-malaises, transportées par les courants. La répartition du cocotier s'explique notamment par l'efficacité de la flottaison de son fruit.

—  Agnès BEAUGRAND

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Agnès BEAUGRAND, « RADEAU, biogéographie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/radeau-biogeographie/