ENCODE PROJET

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le projet Encode (Encyclopedia of DNA elements) a été lancé en 2003. Son but était de rechercher tous les éléments fonctionnels présents dans l'ADN du génome humain. La première synthèse de ce travail gigantesque, qui a impliqué plusieurs dizaines de laboratoires et quelques centaines de chercheurs, a été publiée dans la revue Nature (qui héberge le site Web du projet) le 5 septembre 2012. La conclusion principale est que, contrairement à ce que l'on pensait auparavant, les gènes ne sont pas noyés dans un océan d'ADN non codant : l'ADN non codant n'existe pratiquement plus, on peut lui associer désormais de nombreuses fonctions génétiques jusqu'ici seulement entrevues.

Le projet Encode est la suite du programme Génome humain lancé en 1989. Le but de ce dernier était de déterminer la séquence complète de l'ADN du génome humain, terminée en avril 2003, publiée en 2004. À partir de là, l'exploitation de cette séquence à 3 milliards de dollars à l'époque (moins de 1 000 désormais) s'est orientée dans plusieurs directions facilitées par l'effondrement des coûts de séquençage et la mise en place de puissants logiciels d'analyse des séquences d'ADN. Une de ces directions a été de définir tous les éléments fonctionnels codés par le génome humain. La recherche des gènes, publiée en 2004 avait déjà conclu à l'existence de 30 000 gènes, donc de séquences dites codantes, chez l'homme, avec une localisation précise sur chaque chromosome.

Les gènes sont constitués chacun d'une séquence définie de bases nucléiques le long de la molécule d'ADN de chaque chromosome. Ils ont longtemps été définis par leur capacité à coder chacun pour une protéine ou pour un ARN qui en est la copie (ARN messager, ribosomique, etc.). Dans l'ADN d'une bactérie aucun espace n'est perdu, tout l'ADN code pour quelque chose et est donc une succession de gènes et de séquences qui en contrôlent l'expression. Concernant l'ADN des organismes supérieurs, une première surprise avait été la découverte vers 1980 que de l'ADN non codant était lo [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : chercheur en histoire des sciences, université Paris-VII-Denis-Diderot, ancien chef de service à l'Institut Pasteur

Classification

Pour citer l’article

Gabriel GACHELIN, « ENCODE PROJET », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/projet-encode/