PRIX NOBEL DE PHYSIOLOGIE OU MÉDECINE 2014

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le prix Nobel de physiologie ou médecine 2014 a été décerné à l’Anglo-Américain John O´Keefe et au couple norvégien May-Britt et Edvard Moser, pour leurs travaux qui éclairent la manière dont le cerveau nous permet de nous repérer dans l’espace, de définir un itinéraire et de le garder en mémoire pour retrouver notre chemin.

Né le 18 novembre 1939 à New York, formé à l’université McGill à Montréal, John O´Keefe a fait toute sa carrière à l’University College de Londres. En 1971, avec John Dostrovsky, il découvre chez le rat les premières bases du système de reconnaissance spatiale, en enregistrant, à l’aide de minuscules électrodes, l’activité individuelle des cellules de l’hippocampe – une zone du cerveau essentielle à la mémoire et à l’orientation dans l’espace. En observant des rats pouvant circuler librement, ces chercheurs ont eu la surprise de constater que des groupes de cellules s’activaient subitement dès que les animaux passaient à certains emplacements précis. À chacun de ces emplacements correspondait l’activation d’un groupe différent de cellules, et, pour une position donnée, c’était toujours le même groupe de cellules qui était activé. Cette activité neuronale ne semble pas dépendre du déplacement de l’animal, mais seulement de l’endroit où il se trouve. Ainsi chacune de ces cellules est associée à un lieu, ce qui a conduit John O´Keefe à les nommer « cellules de lieu ». Ces cellules ne se contentent pas d’enregistrer des signaux visuels, mais elles élaborent une sorte de plan du lieu, qui reste stocké dans le cerveau. Le même mécanisme a été mis en évidence chez des animaux aveugles ou placés dans l’obscurité. En 1948, le psychologue comportementaliste américain Edward C. Tolman, observant la manière dont les rats apprennent à se déplacer dans un labyrinthe, avait déjà émis l’hypothèse d’une « carte cognitive ». Les travaux de John O´Keefe ont confirmé cette théorie et en ont révélé le support anatomique : l’activité combinée des cellules de lieux génère de multiples plans dans l’hippocampe, qui conserve ainsi [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Chantal GUÉNIOT, « PRIX NOBEL DE PHYSIOLOGIE OU MÉDECINE 2014 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/prix-nobel-de-physiologie-ou-medecine-2014/