POINTE-À-PITRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Guadeloupe [France] : carte administrative

Guadeloupe [France] : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Pointe-à-Pitre

Pointe-à-Pitre
Crédits : Tjasa Janovljak/ Alamy/ hemis.fr

photographie


Pointe-à-Pitre, dont le toponyme est attesté dès 1762 lors de l'occupation des îles par les Anglais, est la capitale économique du département et région d’outre-mer (DROM) de la Guadeloupe. Fondée sur un site pourtant considéré comme insalubre, car marécageux, la ville est située sur le Petit Cul-de-Sac marin, à la jonction des deux îles principales de la Guadeloupe, la Grande Terre et la Basse Terre. Elle s'est imposée par rapport à la ville de Basse-Terre – qui demeure néanmoins le chef-lieu du département et la préfecture de région –, en raison des grandes qualités de sa rade et de sa centralité.

Guadeloupe [France] : carte administrative

Guadeloupe [France] : carte administrative

carte

Carte administrative de la Guadeloupe [France]. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

L’agglomération urbaine de Pointe-à-Pitre regroupait 250 000 habitants en 2015 sur un ensemble de onze communes dont la plus peuplée est Les Abymes (55 000 habitants). Enserrée dans des limites étroites (266 hectares), la commune de Pointe-à-Pitre elle-même (16 300 habitants en 2015) voit sa population diminuer depuis 1974 (elle comptait alors près de 30 000 habitants), au bénéfice des communes périphériques qui ont construit des logements et développé des activités industrielles ou tertiaires (tourisme).

Les zones d’activités industrielles et de services de Jarry, liées au port en eau profonde de Pointe Jarry, sur la commune de Baie-Mahault, sont particulièrement structurantes en ce qui concerne l'emploi. Le trafic de l'aéroport Guadeloupe-Pôle Caraïbes, situé sur la commune des Abymes, est d’environ 2,4 millions de passagers par an à la fin des années 2010. Pourvu d’une piste de 3 500 mètres et d’une tour de contrôle pouvant résister à des événements extrêmes, cet aéroport constitue une plaque tournante pour les flux aériens dans la région des Caraïbes et en direction de l’Europe et des Amériques.

Parmi les centres d'intérêt de la vieille ville se trouvent le musée Schœlcher et la maison natale de l'écrivain Saint-John Perse, à proximité de la place de la Victoire et de la darse historique. Le Mémorial ACTe, monument et musée à la fois, construit sur le site de l’ancienne usine sucrière Darboussier et ouvert en 2015, est un imposant édifice consacré à la mémoire de la traite et de l’esclavage.

Pointe-à-Pitre

Pointe-à-Pitre

photographie

L'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul à Pointe-à-Pitre fut construite en 1843. Afin d'éviter une destruction totale par les fréquents séismes, l'édifice fut doté d'une structure métallique en 1872 pour soutenir la charpente en bois. La façade, de style néo-classique, est enrichie des... 

Crédits : Tjasa Janovljak/ Alamy/ hemis.fr

Afficher

—  Christian GIRAULT

Écrit par :

Classification


Autres références

«  POINTE-À-PITRE  » est également traité dans :

GUADELOUPE

  • Écrit par 
  • Christian GIRAULT
  •  • 2 816 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Des déséquilibres économiques et sociaux persistants »  : […] Les problèmes de la Guadeloupe sont perceptibles à travers les données de population et les indicateurs socio-économiques qui montrent un certain décalage par rapport à la France métropolitaine. La population de la Guadeloupe a amorcé un recul sensible depuis 2012 qui s’explique par « la diminution du solde naturel et l’augmentation du déficit migratoire » (INSEE Guadeloupe). Le taux de mortalité […] Lire la suite

Les derniers événements

1er février - 14 mars 2009 • France • Grève générale aux Antilles.

débute également à la Martinique: de quinze mille à vingt mille personnes manifestent à Fort-de-France contre la vie chère, à l'appel du Collectif du 5 février qui regroupe des syndicats et des associations. Le 5 également s'ouvrent à Pointe-à-Pitre des discussions entre le L.K.P., le patronat [...] Lire la suite

19-30 janvier 2009 • France • Début de la grève générale en Guadeloupe.

qu'une augmentation du salaire minimum de 200 euros. Près de trois mille personnes manifestent à Pointe-à-Pitre. Le 24, après l'échec des négociations avec le préfet, la veille, de huit mille à vingt-cinq mille personnes manifestent de nouveau à Pointe-à-Pitre. Les écoles, magasins et centres [...] Lire la suite

5-30 avril 1988 • France • Premier tour de l'élection présidentielle

, finalement respect des autres ». Le 25, le président de la République est en campagne à la Guadeloupe, où il déclare à Pointe-à-Pitre qu'il espère qu'aucun candidat responsable ne se laissera aller jusqu'à traiter avec un mouvement politique qui, à l'égard du racisme, montre tant de complaisance. Le 27 [...] Lire la suite

9-12 septembre 1987 • France • Voyage du Premier ministre Jacques Chirac en Guadeloupe et à la Martinique

Le 9, Jacques Chirac commence à Pointe-à-Pitre un voyage de quatre jours aux Antilles françaises, qui a pour but de resserrer les liens entre les départements d'outre-mer caraïbes et la métropole. Dès son arrivée à la Guadeloupe, le Premier ministre déclare vouloir « privilégier le dialogue [...] Lire la suite

4-6 décembre 1985 • France • Voyage du président François Mitterrand aux Antilles

insiste sur la nécessité de poursuivre le développement économique et demande aux indépendantistes de renoncer à la violence. À Pointe-à-Pitre, le 6, François Mitterrand visite un bidonville et répond aux critiques du maire communiste sur la dégradation du climat social.  [...] Lire la suite

19-30 juillet 1985 • France • Climat insurrectionnel en Guadeloupe

Le 19, la chambre d'accusation de Basse-Terre refuse la mise en liberté du militant indépendantiste Georges Faisans, condamné le 3 juin à trois ans de prison pour avoir blessé, en octobre 1984, dans la région de Pointe-à-Pitre, un enseignant métropolitain. Après cette condamnation, les milieux [...] Lire la suite

23-24 juillet 1984 • France • Mort de quatre militants indépendantistes en Guadeloupe

Dans la nuit du 23 au 24, quatre militants indépendantistes de l'Union populaire pour la libération de la Guadeloupe (U.P.L.G.) sont tués à Pointe-à-Pitre et à Basse-Terre par l'explosion d'engins qu'ils transportaient. Au nombre des victimes se trouve Jack Berthelot, architecte connu et personnalité importante de l'U.P.L.G., mouvement qui avait toujours officiellement condamné la violence.  [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Christian GIRAULT, « POINTE-À-PITRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pointe-a-pitre/