PHOENIX, Arizona

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Située au nord-est du désert de Sonora, près de la confluence des rivières Salt et Gila, Phoenix (4,73 millions d’habitants en 2017) est la douzième agglomération la plus peuplée des États-Unis. La ville-centre (1,6 million d’habitants), capitale de l’Arizona, est également la plus peuplée des capitales d’État américain. Édifiée sur un vaste plateau désertique encadré de montagnes, l’aire urbaine, qui comprend entre autres les villes de Scottsdale, Tempe, Mesa ou encore Glendale, regroupe 86 p. 100 de la population de l’État et compte parmi les villes les moins denses des États-Unis.

États-Unis : carte administrative

Carte : États-Unis : carte administrative

Carte administrative des États-Unis. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Phoenix, Arizona

Photographie : Phoenix, Arizona

Caractérisée par l'étalement urbain, Phoenix, la capitale de l'Arizona, est une des villes les moins denses des États-Unis.  

Crédits : Tim Roberts Photography/ Shutterstock

Afficher

Bien qu’occupé depuis des siècles par les Amérindiens, et notamment les Hohokam qui y avaient créé un système d’irrigation sophistiqué, le site de Phoenix n’est occupé par des colons européens, chercheurs d’or, qu’à partir de l’édification par l’armée américaine du camp militaire de Fort McDowell, en 1865. Deux ans plus tard, le pionnier Jack Swilling décide d’y fonder une communauté agricole en reprenant le système d’irrigation amérindien. Il la nomme Phoenix pour souligner cette renaissance. Comme de nombreuses villes de l’Ouest, c’est l’arrivée de lignes de chemin de fer, en 1887 puis 1895, qui va véritablement déclencher son développement.

La sécheresse du climat, si elle attire à Phoenix de nombreux malades de la tuberculose, devient néanmoins un problème majeur pour l’avenir de la ville. Ainsi, en 1903, est décidée la construction du barrage Theodore-Roosevelt sur la rivière Salt, pour lui apporter à la fois l’électricité et l’eau. En 1912, la ville, située au centre de l’État nouvellement créé, en devient la capitale et poursuit son développement autour des cinq « C » : coton (cotton), agrumes (citrus), cuivre (copper), bétail (cattle) et climat (climate), tandis qu’un premier aéroport y est construit en 1928. La ville atteint 65 000 habitants en 1940.

Mais c’est la Seconde Guerre mondiale qui va faire décoller l’économie locale : la présence de nombreuses infrastructures militaires dans la région, – notamment des terrains d’aviation et d’entraînement de l’US Air Force ou le Desert Training Center – provoque l’arrivée massive de nouvelles populations, qui va se poursuivre après la guerre grâce à l’installation de firmes d’échelle internationale, liées à la défense et à l’électronique : Motorola, McDonnell Douglas, Intel. La ville passe ainsi de 106 000 habitants en 1950 à 581 000 en 1970.

Elle se hisse ainsi en un demi-siècle parmi les plus grandes villes américaines, devenant l’une des cités emblématiques de la Sun Belt. « Sun City » ou « Valley of the Sun » sont des slogans de communication bientôt repris dans le langage courant pour la définir. Recherche et technologie la propulsent parmi les cités les plus novatrices à l’échelle mondiale, aux côtés de ses consœurs californiennes, et attirent une population blanche et éduquée, venue principalement des universités de l’Est et des villes en crise des Grands Lacs, mais également de l’étranger. Cette ville nouvelle génération, peu dense, est adaptée au règne de la voiture individuelle, et les espaces naturels et les parcs environnent une multitude de quartiers distincts. L’explosion parallèle des activités de service, nécessitant une main-d’œuvre moins qualifiée, entraîne l’arrivée massive d’une population en provenance du Mexique, qui n’est distant que de 250 kilomètres.

L’agglomération voit également apparaître, dès les années 1960, et particulièrement à la suite de la banalisation de la climatisation, de vastes quartiers organisés autour de terrains de golf et uniquement réservés à des communautés de retraités, attirés par le climat chaud et sec (Sun City est la plus importante). D’ailleurs, Phoenix s’affirme progressivement comme une destination touristique majeure, à la fois grâce aux infrastructures de premier plan dont elle a su se doter (Phoenix Art Museum), mais également comme base d’exploration pour les nombreux sites naturels environnants.

Toutefois, ce développement fulgurant cache sa part d’ombre : rarement ville américaine n’a été aussi marquée par la ségrégation sociale et ethnique : la périphérie blanche (46,5 p. 100 de la population), aisée, et qui profite de la bonne santé économique et de l’implantation des entreprises, se distingue nettement du centre et de l’est de l’agglomération, majoritairement hispaniques (40,8 p. 100 de la population dont 35,9 p. 100 mexicaine), les Afro-Américains ne représentant que 6,5 p. 100, tandis que les Amérindiens occupent des réserves en périphérie de la ville.

Aussi, complètement dépendante de la technique qui l’a progressivement adaptée à son cadre naturel hostile, Phoenix, dont les ressources en eau dépendent d’un Colorado en cours d’assèchement, est devenue une aberration environnementale à la croissance pourtant continue : un nouveau défi pour cette ville champignon façonnée par l’acclimatation.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

États-Unis : carte administrative

États-Unis : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Phoenix, Arizona

Phoenix, Arizona
Crédits : Tim Roberts Photography/ Shutterstock

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Les derniers événements

5-31 mai 2020 États-Unis. Propagation importante de la Covid-19.

Phoenix (Arizona), sans en porter lui-même, en contradiction avec les consignes des autorités sanitaires fédérales. Le 18, le président révèle qu’il prend quotidiennement de l’hydroxychloroquine à titre préventif contre la Covid-19. L’efficacité de ce traitement fait toujours l'objet d'une polémique dans plusieurs pays. Le 22, Donald Trump ordonne […] Lire la suite

16-22 août 2017 États-Unis – Canada – Mexique. Ouverture de la renégociation de l'ALENA.

Phoenix (Arizona) qu’il finira « probablement » par résilier l’ALENA « à un certain moment ». […] Lire la suite

15-29 mai 2002 États-Unis. Polémique sur la prévisibilité des attentats du 11 septembre 2001

Phoenix (Arizona) le 10 juillet 2001 évoquait la présence de personnes suspectes, originaires du Proche-Orient, dans certaines écoles de pilotage d'avion du pays. Après l'arrestation, le 16 août, du Français Zacarias Moussaoui, qui prenait des cours de pilotage, le bureau du F.B.I. de Minneapolis (Minnesota) a tenté en vain d'attirer l'attention de […] Lire la suite

Pour citer l’article

Laurent VERMEERSCH, « PHOENIX, Arizona », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/phoenix-arizona/