Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PHOENIX, Arizona

Située au nord-est du désert de Sonora, près de la confluence des rivières Salt et Gila, Phoenix (4,73 millions d’habitants en 2017) est la douzième agglomération la plus peuplée des États-Unis. La ville-centre (1,6 million d’habitants), capitale de l’Arizona, est également la plus peuplée des capitales d’État américain. Édifiée sur un vaste plateau désertique encadré de montagnes, l’aire urbaine, qui comprend entre autres les villes de Scottsdale, Tempe, Mesa ou encore Glendale, regroupe 86 p. 100 de la population de l’État et compte parmi les villes les moins denses des États-Unis.

États-Unis : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

États-Unis : carte administrative

Phoenix, Arizona - crédits : Tim Roberts Photography/ Shutterstock

Phoenix, Arizona

Bien qu’occupé depuis des siècles par les Amérindiens, et notamment les Hohokam qui y avaient créé un système d’irrigation sophistiqué, le site de Phoenix n’est occupé par des colons européens, chercheurs d’or, qu’à partir de l’édification par l’armée américaine du camp militaire de Fort McDowell, en 1865. Deux ans plus tard, le pionnier Jack Swilling décide d’y fonder une communauté agricole en reprenant le système d’irrigation amérindien. Il la nomme Phoenix pour souligner cette renaissance. Comme de nombreuses villes de l’Ouest, c’est l’arrivée de lignes de chemin de fer, en 1887 puis 1895, qui va véritablement déclencher son développement.

La sécheresse du climat, si elle attire à Phoenix de nombreux malades de la tuberculose, devient néanmoins un problème majeur pour l’avenir de la ville. Ainsi, en 1903, est décidée la construction du barrage Theodore-Roosevelt sur la rivière Salt, pour lui apporter à la fois l’électricité et l’eau. En 1912, la ville, située au centre de l’État nouvellement créé, en devient la capitale et poursuit son développement autour des cinq « C » : coton (cotton), agrumes (citrus), cuivre (copper), bétail (cattle) et climat (climate), tandis qu’un premier aéroport y est construit en 1928. La ville atteint 65 000 habitants en 1940.

Mais c’est la Seconde Guerre mondiale qui va faire décoller l’économie locale : la présence de nombreuses infrastructures militaires dans la région, – notamment des terrains d’aviation et d’entraînement de l’US Air Force ou le Desert Training Center – provoque l’arrivée massive de nouvelles populations, qui va se poursuivre après la guerre grâce à l’installation de firmes d’échelle internationale, liées à la défense et à l’électronique : Motorola, McDonnell Douglas, Intel. La ville passe ainsi de 106 000 habitants en 1950 à 581 000 en 1970.

Elle se hisse ainsi en un demi-siècle parmi les plus grandes villes américaines, devenant l’une des cités emblématiques de la Sun Belt. « Sun City » ou « Valley of the Sun » sont des slogans de communication bientôt repris dans le langage courant pour la définir. Recherche et technologie la propulsent parmi les cités les plus novatrices à l’échelle mondiale, aux côtés de ses consœurs californiennes, et attirent une population blanche et éduquée, venue principalement des universités de l’Est et des villes en crise des Grands Lacs, mais également de l’étranger. Cette ville nouvelle génération, peu dense, est adaptée au règne de la voiture individuelle, et les espaces naturels et les parcs environnent une multitude de quartiers distincts. L’explosion parallèle des activités de service, nécessitant une main-d’œuvre moins qualifiée, entraîne l’arrivée massive d’une population en provenance du Mexique, qui n’est distant que de 250 kilomètres.

L’agglomération voit également apparaître, dès les années 1960, et particulièrement à la suite de la banalisation de la climatisation, de vastes quartiers organisés autour de terrains de golf et uniquement réservés à des communautés de retraités, attirés par le climat chaud et sec (Sun City est la plus importante). D’ailleurs, Phoenix s’affirme progressivement comme une destination touristique majeure,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

États-Unis : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

États-Unis : carte administrative

Phoenix, Arizona - crédits : Tim Roberts Photography/ Shutterstock

Phoenix, Arizona

Voir aussi