ESTOURNELLES DE CONSTANT PAUL D' (1852-1924)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Prix Nobel de la paix en 1909, Paul Balluet d'Estournelles de Constant de Rebecque (La Flèche, 1852-Paris, 1924) est le petit-neveu de Benjamin Constant, dont il hérite de l'esprit cosmopolite et de l'inclination pour les lettres. Élève du lycée Louis-le-Grand, il passe son baccalauréat au lycée français d'Athènes où sa mère l'avait inscrit pour qu'il échappe aux affres de l'« année terrible » (1870). À son retour, il prépare avec succès une licence en droit, un diplôme de grec moderne, puis intègre en 1876 par voie de concours le ministère des Affaires étrangères. Il est chargé de mission au Monténégro à l'heure du congrès de Berlin, secrétaire d'ambassade en Tunisie de 1882 à 1884 pour la mise en place du protectorat, chargé d'affaires à La Haye puis à Londres.

Depuis cet « observatoire du monde », d'Estournelles perçoit l'amorce d'un transfert des centres géopolitiques, l'émergence de « pays neufs » face à un vieux continent qui multiplie par sa « mégalomanie coloniale » les sources de conflits et de dépenses improductives, au lieu de s'organiser pour soutenir l'assaut de la concurrence universelle. En 1895, il quitte la « carrière » pour porter ses réflexions sur la scène politique. Il représentera la Sarthe à la Chambre des députés jusqu'en 1904, sur les bancs de la gauche démocratique, puis au Sénat jusqu'à sa mort. L'essentiel de son activité parlementaire est consacrée à la promotion du protectorat contre l'annexion en matière coloniale – position déjà défendue dans son ouvrage La Politique française en Tunisie, récompensé en 1892 par l'Académie française –, le règlement pacifique des contentieux avec l'Angleterre et, plus largement, à poser l'union des pays européens comme inéluctable. Sa connaissance des relations internationales lui vaut de représenter la France avec Léon Bourgeois et Louis Renault aux conférences internationales de la paix réunies à La Haye en 1899 et 1907, et d'y œuvrer à la création d'une cour permanente d'arbitrage, qui serait morte d'inanité s'il n'avait obten [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur certifié d'histoire-géographie, docteur en histoire, chargé de cours à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Pour citer l’article

Laurent BARCELO, « ESTOURNELLES DE CONSTANT PAUL D' - (1852-1924) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-d-estournelles-de-constant/