Parasite, ANTHRAX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Formé en 1981, Anthrax est souvent considéré comme l'un des groupes précurseurs du speed metal et du thrash metal. Originaire de New York, sa particularité réside dans l'introduction d'une certaine dose d'humour dans son heavy metal ,qui ne rejette cependant pas totalement les clichés du genre. Il faut attendre 1985 et l'album Spreading the Disease pour que le groupe trouve réellement son style, avec l'arrivée du chanteur Joey BellaDonna, à la voix haut perchée, qui confère une certaine identité à la formation. Proche des Français de Trust, Anthrax adaptera en américain le titre phare de ces derniers, Antisocial.

Parasite appartient à l'album Attack of the Killer B's (1991), composé de raretés et de faces B, comme le célèbre Bring the Noise, interprété avec les rappeurs de Public Enemy. Cette association se poursuivra en 1992 par une tournée commune.

Parasite débute par une voix qui crie «I don't like that shit...» (passage absent de l'extrait sélectionné). Le fragment choisi permet d'identifier clairement certains traits marquant de la plastique sonore du heavy metal : une batterie surdimensionnée avec une double grosse caisse, un édifice sonore dont le riff est la clé de voûte, un chant hurlé fonctionnant avec des cellules mélodiques simples.

Le caractère massif de l'arrangement repose sur un «mur du son» de guitares, dont les parties sont doublées grâce à l'enregistrement multipiste. Le riff principal, joué note à note, est une ligne chromatique d'une mesure qui se place en réponse au chant du couplet. La batterie, très fournie, fait entendre une large palette de roulements de toms ainsi que des figures rythmiques complexes (grosses caisses et caisse claire). Elle apporte à la chanson une discontinuité d'autant plus étonnante que ces passages chargés supportent justement la voix. Le chanteur au phrasé bluesy, dans la lignée des «vocalistes» heavy des années 1970, n'atteint cependant pas l'extrême aigu. Le décor est néanmoins planté : le riff – figure répétée symbolique et énergique –, un jeu de batterie foisonnant et une couleur vocale particulière.

—  Eugène LLEDO

Écrit par :

Pour citer l’article

Eugène LLEDO, « Parasite, ANTHRAX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/parasite-anthrax/