PARAPHRÉNIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Variété de délire chronique caractérisée par la préservation d'un secteur important de la personnalité (structure paralogique) et par la prédominance du mécanisme imaginatif (thèmes fantastiques).

Si le mot « paranoïa » appartient à la nosologie hippocratique, celui de paraphrénie fut créé à son imitation, en 1882, par K. Kahlbaum pour désigner, conformément à l'étymologie, un désordre des fonctions cognitives. L'expression fut reprise, en 1909, par E. Kraepelin pour désigner des cas de délire chronique qu'il estimait devoir exclure des formes paranoïdes de la démence précoce (l'actuelle schizophrénie) et pour les séparer aussi de la paranoïa et de la psychose maniaco-dépressive. En 1913, il complète sa description et distingue quatre formes de paraphrénie : systématique (très proche de la paranoïa), expansive (très proche de la psychose maniaco-dépressive), confabulante (sans hallucination, faite surtout de faux souvenirs) et fantastique. Par un curieux chassé-croisé, les auteurs français (H. Claude, C. Nodet, H. Ey, T. Kammerer) ont conservé le diagnostic de paraphrénie pour les deux dernières formes et en font une maladie autonome, alors que les auteurs allemands et d'expression anglaise n'ont rien gardé de cette nosologie et considèrent que, mis à part les paranoïas stricto sensu, tous les délires chroniques sont des formes de schizophrénie.

Il y a indiscutablement, en effet, une maladie qui commence autour de trente-cinq ans, qui atteint très peu les fonctions du moi et qui ne s'oppose pas à la continuation d'une vie normale pendant fort longtemps, et quelquefois indéfiniment ; seuls quelques intimes sont mis par le délirant dans la confidence du monde imaginaire qu'il s'est créé et où se mêlent, en une aventure qui prend des dimensions cosmiques, la fable, le fantastique, la mégalomanie, un peu de persécution, beaucoup d'occultisme et de surnaturel. Cela peut s'éterniser ou s'éteindre à la longue ; quelquefois aussi la vie sociale des personnes atteintes finit par être envahie, ce qui oblige à les placer en milieu spécialisé. Naguère, ces malades étaient considérés comme strictement incurables, mais il existe des cas de guérison par la fluphénazine.

—  Georges TORRIS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  PARAPHRÉNIE  » est également traité dans :

DÉLIRE

  • Écrit par 
  • Gabriel DESHAIES
  •  • 2 910 mots

Dans le chapitre « Les structures délirantes »  : […] Parler de structures délirantes ne veut pas dire qu'une espèce de forme sui generis habite ou parasite la personnalité, comme un ver le fruit. Cela signifie que la personnalité elle-même, en particulier le moi, se trouve submergée par une certaine dynamique affective, et elle tend à s'organiser ou à se réorganiser selon une structuration nouvelle, en l'occurrence délirante, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/delire/#i_26198

Pour citer l’article

Georges TORRIS, « PARAPHRÉNIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/paraphrenie/