NOYAUX À HALO, physique nucléaire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Forme particulière de certains isotopes très riches en neutrons de noyaux atomiques légers. Le premier exemple découvert est le lithium 11, qui contient un cœur formé de trois protons et de six neutrons entouré d'un halo de deux neutrons ; l'extension spatiale de ce halo est entre cinq et dix fois supérieure à la taille du cœur, ce qui s'explique par la faible énergie de liaison de cette paire de neutrons. Le même phénomène est observé pour les isotopes 6 et 8 de l'hélium et l'isotope 14 du béryllium. Le béryllium 11 a un halo composé d'un seul neutron. On n'a pas observé de cas de halo de protons.

—  Bernard PIRE

Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « NOYAUX À HALO, physique nucléaire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/noyaux-a-halo-physique-nucleaire/