MORRISSEAU NORVAL (1931 ou 1932-2007)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Artiste canadien d'origine amérindienne, Norval Morrisseau inspira par son style pictographique de nombreux peintres plus jeunes dans les années 1970.

Petit-fils d'un chaman et d'une catholique, Norval Morrisseau naît le 14 mars 1931 ou 1932, dans la réserve de Sand Point, près de Thunder Bay, en Ontario. Son art commence à trouver sa forme propre en 1959 alors qu'il travaille dans les mines. Il organise sa première exposition professionnelle à Toronto en 1962. Artiste des forêts de l'Est canadien, il crée en effet un style pictographique, appelé « art amérindien des régions boisées », « peinture de légendes » ou encore « style radiographique », qui donne à voir le squelette et les organes du corps. Les œuvres de Morrisseau s'inspirent de son héritage ojibwa et de thèmes religieux (dans lesquels transparaît l'influence de son grand-père chaman) ainsi que des gravures symboliques inscrites sur les manuscrits sur écorce de bouleau midewiwin (« grande société des sorciers ojibwa »). Mêlant des couleurs vives aux lignes fluides, ses œuvres sont pour l'essentiel exécutées avec de la peinture acrylique sur du papier ou de la toile. En 1967, Morrisseau réalise pour l'Exposition universelle de Montréal une fresque en hommage aux Amérindiens dans le pavillon du Canada. Au cours de la décennie suivante, son imagerie commence à toucher au surnaturel et à des concepts définis par la secte Eckankar, tels que le voyage de l'âme, sans que le peintre s'éloigne jamais de ses racines ojibwa. Devenu à son tour chaman en 1986, il signe ses œuvres du nom de Miskwaabik Animiki, qui signifie Oiseau-Tonnerre-de-cuivre dans la langue de sa culture natale. Par l'intermédiaire de l'atelier de gravure Triple-K Cooperative à Red Lake, Norval Morisseau étend son influence à plusieurs artistes autochtones, notamment Daphne Odjig et Carl Ray. En 1965, il publie Legends of my People : the Great Objibway. Certaines de ses œuvres sont présentée au Centre Georges-Pompidou en 1989 dans le cadre de l'exposition Les Magiciens de la Terre. En 2006, le musée des Beaux-Arts du Canada présente la rétrospective Norval Morrisseau – artiste chaman, qui est transférée à New York en octobre 2007. Membre de l'Académie canadienne des sciences, des arts et des lettres depuis 2005, Norval Morrisseau s'éteint le 4 décembre 2007, à Toronto.

—  Universalis

Classification

Pour citer l’article

« MORRISSEAU NORVAL (1931 ou 1932-2007) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/norval-morrisseau/