PAVILLON NICOLAS (1597-1677)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Vincent de Paul fait nommer en 1637 Nicolas Pavillon à l'évêché d'Alet. Lorsque celui-ci quitte Paris pour cette région assez ingrate du Languedoc pyrénéen, c'est pour n'en plus revenir. Homme d'action, il s'emploie à la réorganisation religieuse de son diocèse — développant l'instruction, fondant un séminaire — et à la défense de ses diocésains, pour la plupart paysans pauvres, contre les exactions des partisans.

D'une grande intransigeance morale, Pavillon va jusqu'à renouveler la pratique de la pénitence publique. Son horreur de la morale relâchée est à l'origine de son rapprochement avec Port-Royal. Son prestige et son rayonnement sont considérables : en 1655, il suscite la conversion du prince de Conti. Non moins attaché à ses droits qu'à ses devoirs d'évêque, il ne reconnaît d'autorité suprême dans l'Église que celle des conciles, c'est-à-dire des évêques assemblés, et refuse de s'incliner devant les décisions du roi ou du pape qui empiètent sur ses pouvoirs. Aussi, bien qu'il n'ait pas d'idées précises sur la doctrine de la grâce, refuse-t-il de faire signer purement et simplement le formulaire imposé en 1661 par l'assemblée du clergé et par la cour.

Son union avec Port-Royal se resserre : Arnauld et Barcos collaborent au Rituel d'Alet (1667). Sa fermeté, sa lucidité rendent possible, en 1669, la « paix de l'Église », qui clôt pour un temps les querelles jansénistes. De même, lorsque le roi, en 1673, veut étendre le droit de régale, qui assure sa mainmise sur les bénéfices ecclésiastiques, à la province de Languedoc, Pavillon résiste énergiquement : il multiplie les protestations, chasse les bénéficiers intrus, en appelle au pape Innocent XI, qui se dressera bientôt contre Louis XIV. Mais, lorsqu'il meurt, le conflit ne fait que commencer.

—  Jean MESNARD

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres, professeur de littérature française à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Pour citer l’article

Jean MESNARD, « PAVILLON NICOLAS - (1597-1677) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-pavillon/